Avec l’envol des prix du secteur ces dernières années, une plus-value immobilière peut coûter cher en termes d’impôts. Voici quelques cas d’exonération et d’optimisation fiscale pour supprimer ou alléger votre imposition.

Éviter les impôts en profitant des cas d’exonération

Pour obtenir une exonération totale, l’une des principales possibilités est de vivre dans son bien immobilier avant de le vendre. En effet, le code fiscal français prévoit que la vente de la résidence principale du contribuable est totalement exonérée de l’impôt sur la plus-value. Attention néanmoins, si vous décidez de déménager dans ce bien immobilier uniquement pour obtenir l’exonération, l’administration fiscale ne sera pas dupe et vous demandera de justifier une présence à moyen terme (factures d’eau, d’électricité, relevé d’imposition, etc.). D’autres cas d’exonérations fiscales existent, notamment si le bien immobilier est vendu par un contribuable afin d’acheter une nouvelle résidence principale, ainsi que pour toutes les ventes inférieures ou égales à 15 000€.

La majoration du prix d’acquisition, une possibilité d’optimisation fiscale

Publicité
Si vous ne rentrez pas dans l’un des cas d’exonération évoqués, vous pouvez utiliser des techniques d’optimisation fiscale pour réduire la plus-value réalisée. Il est par exemple possible de majorer de manière forfaitaire le prix d’achat de votre bien immeuble de 7,5% sans fournir de justificatif, ou de l’augmenter des différents frais réels (frais de notaire, d’agence et de TVA). Si vous avez fait réaliser des travaux par une entreprise dans le bien à vendre, vous pouvez également faire une autre majoration forfaitaire de 15% sur le prix d’achat du bien, ou encore une fois augmenter le prix d’acquisition avec les frais réels.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet