Parce qu'il n'est pas aisé d'obtenir un prêt immobilier quand on devient âgé, des formules spécifiques existent. Découvrez comment obtenir un crédit adapté à votre situation.
Istock

Prêt immobilier aux seniors : quelques conditions

De manière générale, les établissements bancaires ont longtemps été réticents à accorder un prêt aux personnes retraitées ou d’âge avancé. En cause : des revenus qui baissent, une santé plus fragile et des incertitudes sur la capacité future à rembourser le crédit. Mais les seniors désirent de plus en plus devenir propriétaires et la demande de crédits augmente. C’est pourquoi les organismes de crédit proposent désormais des solutions adaptées.

C’est ainsi que sont nés les prêts senior; rédigés selon les mêmes termes qu’un prêt normal, ils ont la spécificité de courir par des périodes courtes et d’exiger un apport personnel relativement important. Pour les personnes de plus de 65 ans, le délai de remboursement sera d’environ 10 ans avec un apport personnel approchant les 30 %. Comme pour toute demande de prêt immobilier, les délais et taux sont déterminés après examen de votre dossier et négociation avec votre établissement bancaire, ils peuvent donc varier.

A lire aussi : Le pilulier connecté : comment ça marche ? 

Pour vous aider dans vos démarches, vous pouvez vous diriger vers un courtier en crédit, qui jouera l’intermédiaire entre vous et les organismes de crédits. Mais si vous avez des difficultés à trouver un prêt, vous pouvez éventuellement recourir à la convention S'assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé (Aeras). Ce dispositif permet aux personnes malades d’obtenir un prêt immobilier, à condition qu'elles aient moins de 70 ans et que la part assurée de l’emprunt ne dépasse pas 320 000 €. À noter que les demandes de crédits senior ne sont généralement pas acceptées après 80 ans.

Prêt immobilier aux seniors : les autres solutions pour emprunter

Pour garantir un emprunt et ainsi bénéficier d’un prêt immobilier, vous pouvez aussi faire le choix de mettre en gage un contrat d’assurance-vie. Cela permet à l’emprunteur d’assurer à la banque la totalité du remboursement, même en cas de décès, mais aussi de ne pas léguer de dettes à ses héritiers. Pour établir cet arrangement, l’assureur et le créancier doivent se mettre d'accord avec le souscripteur sur les modalités du contrat.

Si vous êtes déjà propriétaire, vous pouvez aussi recourir à un prêt hypothécaire. Ainsi, votre bien immobilier devient une garantie de remboursement et une assurance-vie n’est pas nécessaire. C’est une solution efficace, mais qui doit être employée seulement si le demandeur est certain de pouvoir rembourser son prêt, sous peine de perdre son logement. Pour chaque prêt, de nombreuses garanties minimales sont exigées. Il n’existe pas de solutions permettant de faire fi de toutes garanties tout en bénéficiant d’un taux avantageux. Il est donc important de bien évaluer les risques, les modalités et les possibilités de remboursement avant de souscrire un prêt immobilier.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.