Taux bas, protection, climat économique incertain… Si, d'après l'OFCE, 75 milliards d'euros auraient dû être dépensés depuis la mi-mars, plusieurs raisons poussent les Français à conserver leurs économies.
Epargne : pourquoi l’argent des Français accumulé durant le confinement n’est pas près de circuler à nouveauIllustrationIstock

Au grand dam du gouvernement et du marché économique, la consommation ne redécolle pas comme attendu. Malgré une légère reprise après le confinement, les Français achètent beaucoup moins, et économise toujours beaucoup. L’exécutif craint d’ailleurs la non-circulation des sommes amassées. D’après l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), 75 milliards d'euros auraient dû être dépensés depuis la mi-mars. Jusqu’à 100 milliards d'euros pourraient même être épargnés d'ici la fin 2020, d’après les estimations de Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l'épargne.

Recours au compte courant en nette hausse (+28% chez BPCE, +27% à la BNP), placements massifs sur les livrets d’épargne réglementés malgré les faibles taux… Par prudence, les Français ne cessent d’épargner. Au premier semestre, 20,41 milliards d’euros ont été versés sur le Livret A, contre seulement 11,57 milliards d'euros en 2019, à la même période.

Epargne : une habitude culturelle

Comme nous le confiait en mai dernier Karl Toussaint du Wast, cofondateur de netinvestissement.fr, "les Français sont de très gros épargnants, à l’image de leur réflexe historique, habituel et culturel en France. Leur extrême prudence vient toutefois du fait de leur méconnaissance du marché financier".

Conséquence, "cette absence de culture financière - liée à l’éducation- a engendré des collectes historiques sur les livrets d’épargne de précaution (Livret A et LLDS), totalement inutiles économiquement et en termes de rendement (O,5% annuel)", nous avait-il précisé.

De son côté, Philippe Crevel précise au Figaro que "le taux d'épargne grimpe depuis plusieurs années". S’il atteignait environ 13% avant la crise, il dépasse désormais les 20%.

Epargne : une réelle aversion au risque

Selon l’économiste, "depuis le début des années 2000, à chaque crise, les Français conservent toujours un peu plus d'argent liquide et on ne revient jamais au niveau initial. Il y a une vraie aversion au risque. On craint la prochaine crise, alors on met de l'argent de côté", analyse-t-il.

Risque réel de seconde vague, reconfinement possible, chômage… Le climat incertain des prochains mois n’est pas près de renverser la situation. Les foyers français se constituent donc une épargne de précaution, et ne sont pas prêts à mettre leurs économies en danger.

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Vidéo : Placements 2020 : zoom sur le PER 100%

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.