IllustrationIstock
Les hausses de tarifs se succèdent invariablement, mois après mois. Certaines revalorisations qui surviennent le 1er août 2018 pourraient d'ailleurs peser fortement sur votre budget.
Sommaire

Alzheimer : certains médicaments ne seront plus remboursés

Après avoir réévalué le service médical rendu par certains médicaments prescrits pour traiter Alzheimer, la Haute Autorité de Santé (HAS) a décidé du déremboursement de ces derniers, à compter du 1er août 2018.

A lire aussi : Réforme des retraites : allez-vous devoir cotiser deux fois en 2019 ?

Quatre produits, ainsi que tous leurs génériques, sont concernés : il s’agit d’Aricept, Ebixa, Exelon et de Reminyl, comme l’indique le site du service public. Jusqu’à présent, ils étaient remboursés à hauteur de 15%. En 2015, leur coût pour l’assurance maladie a été évalué à 90 millions d’euros.

S’ils ne seront plus remboursés à partir du 1er août, c’est parce qu’ils présentaient "une efficacité faible et des effets indésirables importants (digestifs, cardiovasculaires et neuropsychiatriques)."

Dans le cadre du Plan maladie neurodégénérative 2014-2019, la HAS a également publié un guide accompagné de fiches pratiques sur le parcours de soin et d’accompagnement des personnes malades mais aussi de leurs familles. Ce dernier est accessible depuis le site du service public. Il s’agit d’un outil à destination des professionnels de santé.

Encadrement des loyers : le dispositif est reconduit dans 28 agglomérations

Le dispositif d’encadrement des loyers est reconduit à partir du 1er août 2018 jusqu’au 31 juillet 2019, conformément au décret publié au Journal officiel du 30 juin 2018.

Il s’applique aux 28 agglomérations suivantes, situées en zones tendues : Ajaccio (Corse-du-Sud), Lille (Nord), Bastia (Haute-Corse), Beauvais (Oise), Menton et Nice (Alpes-Maritimes), Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Marseille, Aix-en-Provence et Arles (Bouches-du-Rhône), Strasbourg (Bas-Rhin), La Rochelle (Charente-Maritime), Lyon (Rhône), Toulouse (Haute-Garonne), Annecy, Annemasse et Thonon-Les-Bains (Haute-Savoie), Bordeaux et Arcachon (Gironde), Paris (Paris), Montpellier, Sète (Hérault), Meaux (Seine-et-Marne), Grenoble (Isère), Toulon, Fréjus et Draguignan (Var).

Les règles qui s’appliquaient précédemment à Lille et Paris n’ont plus court. "Les règles qui s’appliquent désormais pour Paris et Lille sont les mêmes que celles en vigueur dans les 26 autres agglomérations situées en ‘zones tendues’", précise le site du service public.

Attention, toutefois : toutes les locations ne sont pas soumises au dispositif d’encadrement. Les logements vacants faisant l’objet d’une première location où étant inoccupés par un locataire depuis plus de 18 mois y échappent. De même, il existe des dérogations à la limitation de l’évolution du tarif, notamment en cas de travaux ou de loyer manifestement sous-évalués.

Gaz : une nouvelle hausse des tarifs

A partir du 1er août, les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie devraient augmenter de 0,2% en moyenne, rapporte Le Dauphiné Libéré.

Après une forte hausse de 7,45% au 1er juillet dernier, cette nouvelle hausse doit permettre de répercuter la hausse des prix de gros. En pratique, la hausse sera de 0,1% pour les utilisateurs de gaz pour la cuisson et de 0,1% pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude. Pour les ménages qui se chauffent au gaz, la hausse sera de 0,2%.

Ressources naturelles : le jour du dépassement

Le 1er août 2018 marque également le jour du dépassement. A partir de là, l’humanité vivra à crédit pour le reste de l’année, ayant consommé l’intégralité des ressources que la planète est en mesure de reconstituer en un an.

Chaque année ce jour avance davantage. "Il nous faudrait aujourd’hui l’équivalent de 1,7 Terre pour subvenir à nos besoins", indique le World Wild Fund (WWF), cité par le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace.