Bien qu'ils entrent au panthéon des athlètes en remportant une victoire aux Jeux Olympiques, les sportifs paient des impôts sur les récompenses qu'ils gagnent.

La victoire en main, la médaille au cou et la récompense en poche, difficile pour les athlètes de revenir à une réalité qui concerne tous les citoyens : les impôts ! En vertu de la loi sur le revenu, l’État prélève en effet un tribut sur la récompense des athlètes.

Si l’or rapporte au vainqueur la somme confortable de 50 000 euros, cela se complique avec le bronze, qui n’atteint "que" 13 000 euros, selon Slate. En outre, dans les sports en équipe, chaque joueur touche une partie du pactole, réduisant d’autant plus l’attrait de la récompense. Les américains, eux, doivent même s’acquitter d’une taxe sur leur médaille !

À lire aussi – JO 2016 : découvrez les salaires des athlètes français

Effort plus ou moins récompensé

Cela ne semble pas cher payé par rapport aux longues heures d’entraînement abattues et à tous les sacrifices faits au nom de la victoire. Surtout lorsqu’on sait que près de la moitié des athlètes vivent avec moins de 500 euros par mois. Selon Le Particulier, cet impôt peut cependant s’étaler sur quatre ans, et ne concerne pas les revenus alloués par les sponsors ou le club du sportif.

Publicité
Cette loi finance, créée en 2011, explique que "tous les revenus doivent contribuer à l'effort contributif national". En cas d’accumulation de victoires, et donc de sommes potentiellement importantes, l’État limite tout de même le montant de sa part à 46 000 euros.

Vidéo sur le même thème – La Russe Darya Klishina réintégrée aux Jeux olympiques