Ce jeudi, le parquet de Saverne a ouvert une enquête judiciaire suite à la publication sur Internet des noms des coupables de la profanation du cimetière juif de Sarre-Union.

Le procureur de Saverne a ordonné une enquête après qu'un site Internet a révélé l'identité de quatre des cinq adolescents ayant saccagé le cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin). Si leur identité est normalement protégée par la loi, il semblerait qu'un site se revendiquant sioniste a outrepassé la législation et s'expose désormais à une sanction pénale, rapporte l'AFP.

Des identités protégées par la loi

Si le parquet de Saverne avait affirmé que la profanation des 250 tombes de Sarre-Union était sans conteste antisémite, en évoquant notamment des "crachats sur l'étoile de David" et des "sales juifs", l'identité des malfaiteurs devait être garantie par la justice. Dans un communiqué relayé par l'AFP, le procureur Philippe Vannier a déclaré que "l'identité des mineurs en cause est protégée par la loi et la publication, par quelque moyen que ce soit, de texte ou d'illustration concernant leur identification constitue un délit pénal". Une mesure légale que certains n'ont pas entendu de cette oreille en dénonçant les auteurs des profanations du 12 février dernier.

A lire aussi - Profanation du cimetière juif : cinq mineurs en garde à vue

Un site aux revendications sionistes

Publicité
Dans son communiqué, le procureur ajoute qu'"un site Internet a cependant publié les identités qu'il a cru pouvoir attribuer aux mineurs soupçonnés et la photographie de l'un deux". Des révélations illégales d'autant plus qu'elles peuvent être erronées. Si le parquet de Saverne ne précise pas le nom du site en question, ce jeudi, un magazine web se revendiquant comme sioniste a publié une liste de quatre noms supposés être ceux des "coupables" aussi qualifiés de "nazillons". Une photo de l'un d'entre-eux est affichée, elle représenterait le "leader" d'après le site en question. Dans son article, le magazine se demande si les auteurs des dégradations "sont aussi derrière l'incendie d'un chalet appartenant à une famille juive locale". Le procureur, Philippe Vanier a "ordonné une enquête sur ces faits".

Vidéo sur le même thème - Le cimetière de Sarre-Union, "expression des maux qui rongent notre république"