Le procès d'Andy, accusé d'avoir tué ses parents et ses frères en 2009, s'ouvre ce lundi à la cour d'assises des mineurs d'Ajaccio. Le jeune homme de 19 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Ce lundi s'ouvre devant la cour d'assises des mineurs d'Ajaccio un procès très attendu. Andy, 19 ans,  va en effet être jugé pour avoir tué sa mère, son père et ses frères jumeaux il y a trois ans. Que s'est-il passé la nuit du 11 au 12 août 2009 ? Comment un adolescent de 16 ans a-t-il pu abattre les membres de sa famille ? Retour sur les clés de cette affaire.

Dans la nuit du 11 au 12 août 2009, Andy a décidé de fuguer. Mais avant de quitter la maison familiale située dans le village d'Albitreccia, sur la rive sud du golfe d'Ajaccio, le jeune homme alors âgé de 16 ans s'est emparé d'un fusil à pompe de son père. L'adolescent a ensuite tiré sur ses parents et sur ses frères jumeaux de 10 ans, avant de prendre la fuite en pleine nuit avec un sac de linge, des objets de valeurs et 2.500 euros pris dans le coffre-fort de ses parents. Andy a également envoyé des messages téléphoniques à des amis pour leur dire qu'il s'était entaillé les veines. Après une journée d'errance, c'est finalement un oncle de l'adolescent qui l'a retrouvé. Choqué, pieds nus et en short, je jeune homme a ensuite été conduit à la mairie où il a avoué avoir mortellement tiré sur ses parents et ses frères.  

"Je ne savais plus où j'étais"Si Andy a été capable de décrire comment il a tué sa famille, il a toutefois été incapable de motiver ses actes. "Je ne savais plus où j'étais. Je n'entendais plus rien et je voyais tout flou. Il y avait quelqu'un d'autre à ma place", a-t-il en effet déclaré aux enquêteurs avant de précisé qu'il avait été guidé par ses pas vers le râtelier où son père rangeait ses armes et que l'envie l'a ensuite pris de tirer. L'adolescent a même ajouté "qu'il devait le faire".

Face à ses propos quelque peu confus, trois collèges d'experts psychiatriques ont été chargés d'examiner le jeune homme. L'objectif: déterminer si oui ou non il peut être considéré comme pénalement responsable de ses actes. Si la présence d'une lésion au cerveau a été soulignée, elle n'a cependant pas été retenue pour justifier les agissements d'Andy. Et alors que certains experts ont estimé que le jeune homme était totalement dépourvu de discernement et n'avait aucun contrôle de ses actes, d'autres ont, eux, considéré que ce dernier ne souffrait d'aucun trouble psychique au moment des faits. Très précis dans son récit des événements de cette nuit du 11 au 12 août 2009, l'adolescent n'a cependant jamais accepté de participer aux reconstitutions.

Publicité
La réclusion criminelle à perpétuitéSes grands-parents, oncles et tante se sont, quant à eux, constitués parties civiles "pour tenter de comprendre" ce qui s'est passé cette nuit-là. Leur avocat, Me Aljia Fazaï a déclaré qu'ils se posent "la même question depuis le premier jour: pourquoi?".Détenu à la prison de Borgo (Haute-Corse), près de Bastia, Andy, qui était en classe de 1ère scientifique en 2009, a poursuivi ses études. Il a réussi son baccalauréat en 2011 et envisagerait de poursuivre des études scientifiques. Mis en examen pour assassinat, l'accusé comparaîtra toutefois pour meurtres devant la cour d'assises car la préméditation n'a pas été retenue. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité