La goûteuse d’Adolf Hitler a livré ses confidences après plus de soixante-dix ans de silence, dans un reportage diffusé mi-septembre à la télévision allemande.

Jusqu’à l’année dernière, Margot Wœlk était inconnue de tous. C'est cette Allemande de 96 ans qui a révélé qu’Adolph Hitler était végétarien. Comment le sait-elle ? Durant deux ans et pour son plus grand malheur, elle a été la goûteuse attitrée du dictateur avec une quinzaine d’autres jeunes femmes. La chaine RBB lui a consacré un documentaire le 16 septembre dernier où la nonagénaire a témoigné des moments les plus sombres de sa vie, rapporte Le Figaro.

Quand en 1941 la jeune femme doit quitter Berlin à cause des bombardements, elle est loin d’imaginer qu’elle passera les prochaines années dans la peur et la souffrance. Elle se réfugie chez sa belle-mère à Parcz, dans ce qui était alors la Prusse orientale, au nord-ouest de la Pologne actuelle. C’est dans cette ville que se trouve le quartier général d’Adolf Hitler, la "Tanière du loup". Par un concours de circonstances, elle rencontre le maire de la ville, un sympathisant nazi, qui la fait recruter par l’entourage du "Führer".

Deux ans en enfer

Elle n’est pas une partisane du régime, "mais s’il y a une chose que vous appreniez sur la vie en Allemagne nazie, c’est qu’on ne discute pas avec les SS", explique-t-elle dans le documentaire. Elle se plie donc aux exigences des nazis et rejoint les autres goûteuses, installées dans une école située à proximité du QG du chancelier.

C’’est là que, deux ans durant, la jeune femme et ses compagnes d’infortune goûtent les plats du leader nazi, la peur au ventre. "Certaines filles se mettaient à pleurer lorsqu’elles commençaient à manger, tellement elles avaient peur", se souvient-elle. Les goûteuses devaient attendre une heure ensuite pour savoir si ce qu’elles avaient mangé pouvait empoisonner Hitler. Une fois l’heure passée, elles laissaient libre cours à leur soulagement, elles étaient restées vivantes.

La seule consolation que Margot Wœlk a pu trouver dans ces années noires, a été de goûter chaque jour "de la nourriture tout simplement extraordinaire". Un fait d’autant plus agréable pour la jeune fille qui n’avait connu jusque-là, que le rationnement et les aliments bas de gamme.

À lire aussi - Sainte-Mère-Eglise : des objets nazis saisis la veille des commémorations du Débarquement

La rage de vivre

Suite à l’attentat du 20 juillet 1944 survenu dans le quartier général, les jeunes femmes sont enfermées avec le "Führer", sans jamais avoir l’occasion de le rencontrer. Les seules personnes avec qui elles sont en contact sont les SS qui les surveillent. Margot se fera violée par l’un d’entre eux.

Publicité
La guerre avance et l’Armée rouge se rapproche, fin 1944 elle prend la fuite dans le train de Gœbbels qui part pour Berlin, aidée par un SS avec qui elle a sympathisé. Ce fut sa chance, les autres gouteuses restées sur place sont abattues par les Russes à leur arrivée.

À lire aussi - Explosion meurtrière sur l'île de Groix : une munition oubliée de 39-45 en cause?

Vidéo sur le même thème - Paris célèbre les 70 ans de sa libération