Jacques Chirac a été hospitalisé lundi soir, pour la deuxième fois en l’espace de quelques mois. Et si l’ancien président a finalement pu rentrer chez lui quelques heures après son admission, son état de santé suscite quelques interrogations.

©AFP

Plus de peur que de mal. C’est en tout ce que la brève hospitalisation de Jacques Chirac lundi soir laisse à penser. Admis en fin de journée à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), l’ancien chef de l’Etat a en effet pu rentrer chez lui trois heures après. Sa vie n’était "absolument pas" en danger a par ailleurs assuré la direction de cet établissement privé. Celle-ci a également précisé que l’ex-locataire de l’Elysée, aujourd’hui âgée de 81 ans, avait été hospitalisé pour "passer un examen". Mais alors que Jacques Chirac a déjà séjourné une semaine à la Pitié-Salpêtrière (Paris) en décembre dernier, son état de santé suscite néanmoins quelques interrogations. Hospitalisé il y a quelques semaines pour subir une opération rénale, l’ancien président a cette fois-ci été victime "d’une violente crise de goutte", selon son entourage. "C’est très douloureux mais sans gravité", a affirmé cette même source. Officiellement donc, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure pour Jacques Chirac.

Publicité
"C’est vrai qu’il a une petite baisse de mémoire"Mais les proches de Jacques Chirac s’évertuent à assurer que tout va bien pour lui, certains éléments laissent supposer que son état de santé n’est pas si réjouissant que ce que l’on veut bien dire. Sa dernière apparition publique remonte en effet au 21 novembre 2013. L’ancien président était alors apparu souriant mais n’avait pas hésité à s’appuyer d’un côté sur une canne, et de l’autre sur l’épaule de François Hollande. Quant à la rumeur selon laquelle il souffrirait de la maladie d’Alzheimer, son épouse Bernadette a récemment déclaré : "Honnêtement, je ne le crois pas, en tout cas, j’espère que cette épreuve ne nous sera pas infligée", avant de reconnaître : "Il n’a pas vraiment les symptômes, mais c’est vrai qu’il a une petite baisse de sa mémoire, surtout par moments, c’est très variable". Affaibli par son accident vasculaire cérébral survenu en 2005, Jacques Chirac est par ailleurs moins "agité" qu’il pouvait l’être auparavant. Malgré tout, l'ancien président demeure un bon vivant. Il est ainsi apparu l’été dernier à la terrasse d’un bar du port de Saint-Tropez (Var), une pina colada à la main !

Vidéo : Jacques Chirac hospitalisé lundi soir

Publiez votre commentaire

5 commentaires

Vous êtes tous des "nuls".

Portrait de yoyovingo

yoyovingo

Vous êtes tous des "nuls". Peut-on souhaiter la mort de quelqu'un même si c'est notre pire ennemi. On aime ou on aime pas, mais restez digne.

Votez pour ce commentaire: 

Chirac n'a jamais rien fait

Portrait de JEANPHI 78

Chirac n'a jamais rien fait pour les Français. Il a passé son temps à vivre sur le dos des contribuables et à détourner de l'argent public. Il peut mourir, cela fera des économies. En plus, sa femme devrait aller en prison et l'on devrait réquisitionner tous ses biens pour rembourser les fonds détournés.

Votez pour ce commentaire: 

S'inquiéter pour un "individu

Portrait de graal

S'inquiéter pour un "individu" qui n'a fait que bouffer et se pochtroner a la bière pendant ses 2 mandats (12 ans),s' il a la goutte ça ne m'étonne pas ,maintenant avant son dernier soupir ,qu'il nous  rembourse l'argent qu'il  nous a piquée et a planqué au japon .

Votez pour ce commentaire: 

tous ces politicars patentés

Portrait de papouniak83

tous ces politicars patentés me laissent de marbre

sans souhaiter sa disparition, j'en ai pas grand chose à faire de lui

comme lui de moi...

qu'il finisse tranquillement ces vieux jours sur notre compte

on aurait toujours à lui reprocher un truc ou un autre, mais bon...

se rappelle-t-il seulement d'avoir été...

Votez pour ce commentaire: 

S'inquéter ? Nul n'est

Portrait de MYRRZINN

MYRRZINN

S'inquéter ? Nul n'est éternel en ce bas monde. L'important n'est-il pas de partir sans souffrances le  moment venu ? Ancien Président où pas : quand faut y aller, faut y aller c'est tout. On fait l'expérience de la naissance seul et on meurt pareillement. Ce sont les seules choses que personne ne peut faire à notre place...

Votez pour ce commentaire: 

Publicité