Quatre hommes soupçonnés d’avoir aidé Amedy Coulibaly et les frères Kouachi à fomenter les attaques terroristes dont ils se sont rendus coupables il y a deux semaines, ont été déférés ce mardi matin devant un juge d’instruction. Ils risquent une mise en examen.

L’enquête avance. Bientôt deux semaines après la série d’attentats qui a visé la France, quatre hommes ont été déférés devant un juge d’instruction ce mardi matin. Tous âgés d’une vingtaine d’années et issus du groupe de douze personnes arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi en région parisienne, ils sont soupçonnés d’avoir fourni une aide logistique à Amedy Coulibaly et aux frères Kouachi. Tous sont également "connus des services de police pour des faits de droit commun", a précisé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Ils auraient fourni une aide logistique aux terroristesLe premier terroriste a été tué par le Raid vendredi 9 janvier à l’Hyper Casher de la porte de Vincennes où il avait commis une prise d’otages. La veille, il s’était également rendu coupable de l’attaque dite de Montrouge. Les deux autres ont quant à eux été tués par le Raid dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële où ils s’étaient retranchés deux jours après avoir commis l’attentat à Charlie Hebdo. Aussi, les quatre suspects pourraient leur avoir fourni des armes et un véhicule, et avoir aidé Amedy Coulibaly à réaliser la vidéo posthume dans laquelle il revendique ses deux attaques.

Grâce à l’ADN et aux écoutes téléphoniques"Ils seront, dans le courant de la journée, présentés devant les magistrats instructeurs antiterroristes qui seront désignés, en vue de leur mise en examen" dans le cadre d'une information judiciaire, a précisé le parquet de Paris. Ce sont notamment des éléments ADN et des écoutes téléphoniques menées dans l’entourage des terroristes qui ont orienté les enquêteurs sur leur piste. Selon une source proche de ce dossier, des empreintes papillaires auraient été retrouvées dans la voiture utilisée par Amedy Coulibaly pour se rendre à l’Hyper Casher.

Publicité
Quant aux huit autres personnes interpellées en même temps que les quatre hommes déférés, cinq ont été "laissées libre dans la nuit" de lundi à mardi, tandis que les trois autres, des femmes, ont été libérées dès samedi. De leur côté, les quatre suspects déférés ce mardi risquent d’être mis en examen dans la journée.

Vidéo sur le même thème - Amedy Coulibaly: un délinquant multirécidiviste

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité