Plus d’un mois après son départ du gouvernement, Arnaud Montebourg a fait son retour en politique le weekend dernier dans le Gard. Il en a profité pour faire part de son quotidien de "citoyen ordinaire".

Arnaud Montebourg a signé son retour sur le devant de la scène politique ce weekend à Laudrun-l'Ardoise (Gard). L'occasion pour l'ancien ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique de revenir sur son départ et sur les changements qu'il y a eu dans sa vie.

À lire aussi - Aurélie Filippeti et Arnaud Montebourg seraient en couple !

Selon les propos rapportés par le Lab politique d’Europe 1, Arnaud Montebourg est heureux d’être redevenu un "citoyen ordinaire". Celui qui a claqué la porte du gouvernement à la fin de l’été semble redécouvrir les joies de la libre circulation, avouant par ailleurs prendre le métro "avec plaisir", toute comparaison gardée avec l'ex-candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet et ses "moments de grâce".

À lire aussi - Arnaud Montebourg, homme politique le plus sexy

En outre, le "citoyen ordinaire Montebourg", comme il se présente lui-même, a avoué devoir faire des efforts. "J’ai une famille à nourrir, des fins de mois à assurer. Comme tout le monde", a-t-il ainsi confié aux journalistes présents dimanche.

Candidat, mais pas trop

L’ancien ministre a profité de l’occasion qui lui était donnée lors de cette université de rentrée pour porter plusieurs critiques à l’encontre de l’exécutif. La renégociation du traitée européen, le combat contre les politiques d’austérité, le manque de réponse de la France à ceux qui attendent un nouveau leadership en Europe... Arnaud Montebourg a longuement insisté sur l’action actuelle de François Hollande, rapporte le Lab politique.

Publicité
Alors que le bruits court autour de sa candidature à l'election présidentielle de 2017, l’ancien ministre de l’Économie a préféré ne pas répondre à la question de savoir s’il voulait se présenter. "Préparer une primaire deux ans et demi avant, c’est la meilleur façon de la rater", a-t-il ainsi laché. Arnaud Montebourg laisse à ce titre ses amis parler pour lui : "Il se dit : 'je veux être candidat en 2017 et je ferai tout pour'", a confié un de ses proches au Point.

À lire aussi - Présidentielles 2017 : Arnaud Montebourg, "le seul à pouvoir féderer la gauche"?

vidéo sur le même thème - PS : Montebourg et Hamon, l'individualisme contre le collectif?