Suite aux dernières polémiques touchant principalement la garde des Sceaux, Christiane Taubira, la France semble être de plus en plus raciste. Un sentiment confirmé par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), laquelle vient de publier son rapport annuel sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Découvrez les chiffres.

© CC / 92.catholique

La France est "le pays le moins raciste du monde". Cette phrase sortait, il y a quelques jours, de la bouche de Marine Le Pen, la présidente du Front National. Une affirmation optimiste certes, mais loin de refléter la réalité. En témoigne la dernière étude de La Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) appuyée notamment sur une enquête d'opinion réalisée fin 2012 par CSA auprès de 1 029 personnes. Celle-ci procède tous les ans à une étude sur la question. Et cette année, ces résultats sont assez parlants.

D'après le dernier sondage, pas moins de 7% des sondés se disent être "plutôt racistes", 22% d’entre eux "un peu racistes"  et 25% estiment être "pas très racistes". Des chiffres à prendre avec des pincettes puisqu’il est évidemment compliqué d’évaluer des degrés de racisme différents. Cependant, 44% des Français affirment ne pas être "racistes du tout", un chiffre en baisse de 5% par rapport à 2011. Mais le chiffre cinglant de cette enquête est le suivant : 65% des personnes interrogées avouent que "certains comportements peuvent parfois justifier des réactions racistes".

1 539 actes et menaces racistes en 2012

Publicité
Toujours selon les chiffres donnés par la commission, 1539 actes et menaces racistes, xénophobes et antisémites ont été recensés en 2012. Une progression de 23% par rapport à l’année précédente. Cette hausse est confirmée par la perception du racisme qu'ont les Français. 61% d’entre eux estiment en effet que le racisme est "plutôt répandu" alors que 15% des sondés le trouve "plutôt rare". Et seulement 1% pensent qu’il est "très rare".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité