A Londres, le décathlonien français a apporté samedi à la délégation française sa deuxième médaille d’or. Usain Bolt, foudroyé par une blessure, n’a pas su emmener le relais jamaïcain vers une médaille.

A Londres, le décathlonien français a apporté samedi à la délégation française sa deuxième médaille d’or. Usain Bolt, foudroyé par une blessure, n’a pas su emmener le relais jamaïcain vers une médaille.

La perf

C’est ce qu’on appelle savoir convertir les occasions. Kevin Mayer ne s’y est pas repris à deux fois pour profiter du départ en retraite de l’invincible Asthon Eaton, double champion du monde, double champion olympique et recordman du monde. À 25 ans, le décathlonien français remporte son premier vrai et grand titre chez les seniors, sans mépris pour son titre de champion d’Europe en salle de l’heptathlon en mars dernier.

Publicité
À Londres, le vice-champion olympique de Rio a prouvé que l’on pouvait compter sur lui. Il a survolé la compétition, battant trois de ses records personnels au 110 m haies (13 s 75), au 400 m (48 s 26) et au 100 m (10 s 70). Sans une performance moyenne au saut à la perche (5,10 m), qui aurait pu tourner au fiasco puisqu’il a évité le zéro pointé à son dernier essai, il était sur les traces du record d’Europe. La barre mythique des 9 000 points était à sa portée. L’intéressé était en tout cas soulagé d’en terminer, comme il l’a confirmé au micro de France 3 après sa victoire.

« J’ai l’impression que ces deux jours étaient en même temps le paradis et l’enfer. J’ai été stressé comme pas possible depuis un mois et, honnêtement, je n’avais qu’une envie,...

Lire la suite sur Le Monde
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :