Le député-maire de Saint-Quentin a demandé à "désarmer" les gens du voyage après que certains d’entre eux ont bloqué à partir de vendredi soir l’autoroute A1.

Le député-maire (Les Républicains) de Saint-Quentin (Aisne) est revenu ce matin au micro de RTL sur le blocage de l’autoroute A1, survenu entre vendredi soir et samedi midi.

Environ soixante personnes des gens du voyage ont manifesté sur l’autoroute A1, une des plus fréquentées de France, pour obtenir la libération temporaire d’un homme pour que celui-ci assiste à l’enterrement de son père, abattu lors de la fusillade de mardi dernier, à Roye. Lors de leur manifestation, les gens du voyage ont brûlé la chaussée, des pneus et des palettes.

A lire aussi - Nord : les migrants au cœur de la bataille Bertrand/Le Pen

"Je demande qu’il y ait des sanctions"

"Imaginez ce qui se serait passé si l'un des automobilistes, qui n'avait rien demandé à personne, avait eu un coup de sang et avait foncé dans le barrage (…) Je demande qu'il y ait des sanctions qui soient prises contre ceux qui ont bloqué l'autoroute et détériorer l'A1", a tout d’abord déclaré Xavier Bertrand.

"Ça finira très mal"

Publicité
Selon ce dernier, les sanctions judiciaires ne suffisent pas : "Tout le monde le sait sur le terrain et c'est la raison pour laquelle les forces de l'ordre hésitent à intervenir. Certains sont armés jusqu'aux dents et pas avec des petites armes, mais des armes de guerre". Selon lui, "certains détiennent des armes de guerre et une partie du trafic s'organisent à partir d'eux. Dans certains camps et certaines banlieues, il est temps de désarmer".

Et l’édile de Saint-Quentin de demander au gouvernement de "prendre des dispositions pour que l’on désarme ceux qui n’ont aucun titre pour en posséder", sinon, "ça finira très mal".

Vidéo sur le même thème : Calais : Xavier Bertrand introduit l'immigration dans la campagne des régionales