Le président de la République pense que ce n’est pas un hasard si les révélations des écoutes de la NSA sont tombées le même jour que le vote de la loi sur le renseignement.

Le 24 juin, Libérationet Médiapartrévélaient le scandale des écoutes de l’agence de renseignement américaine (NSA) qui avait espionné de 2006 à 2012 trois présidents français : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Mais le même jour avait lieu à l’Assemblée le vote définitif de la controversée loi sur le renseignement, attaquée notamment par la gauche radical.

A lire aussi Écoutes américaines : quelles conséquences diplomatiques ?

Une concomitance qui, pour François Hollande, n’aurait rien du hasard. Selon le Canard enchaîné, le chef de l’Etat aurait déclaré pendant le Conseil des ministres : "Ce n’est pas un hasard si tout cela sort le jour du vote sur la loi renseignement. Cela ne manquera pas d’être instrumentalisé".

"En fait, poursuit le président, les écoutes révèlent des caractères et des comportements et pas de véritables informations."

Publicité
François Hollande avait vu juste puisqu’aussitôt le scandale des écoutes de la NSA révélé, des voix se sont élevées pour remettre en cause cette loi. Ainsi de Cécile Duflot et Aurélie Filippetti, pourtant deux anciens ministes.

Vidéo sur le même thème : Plenel: "Les technologies permettent d'écouter tout le monde"