La présidente du Front National est revenue ce weekend sur les attaques contre son parti émanant du Premier ministre. Découvrez ce qu’elle a dit.

Manuel Valls n’a pas ménagé sa peine au cours de ces derniers jours pour dézinguer le Front National. Ce qui n’a pas échappé à sa présidente Marine Le Pen. Aussi, a-t-elle décidé de répliquer dans les colonnes du Parisien. Au cours d’un entretien diffusé dimanche, la leader frontiste est en effet revenue sur les attaques visant son parti et émanant du chef du gouvernement. "C’est lui qui jette les Français les uns contre les autres, alors qu’il est censé être le premier ministre de tous", a-t-elle fustigé. "On connaissait Max la menace. Il y a maintenant Valls la fureur, qui en toute circonstance éructe sa haine contre nous", a-t-elle encore lâché, affublant au passage Manuel Valls d’un surnom peu flatteur.

A lire aussi – Le nouveau surnom donné à Aubry par Hollande et Valls

"Il faut que Valls…valse"

Non contente de pouvoir répondre aux attaques du Premier ministre à quelques jours du premier tour des départementales, Marine Le Pen a également estimé : "Or, on voit surtout qu’il est clairement en campagne pour son parti en ce moment. Donc, si le PS prend une déculottée aux élections, il faut que Valls… valse".

A lire aussi – Découvrez le nouveau surnom de François Hollande

"Vous n’êtes ni la République, ni la France"

Publicité
Alors que le FN est donné grand gagnant des élections départementales, Manuel Valls a entamé une véritable campagne contre ce parti. "À partir du moment où l'extrême droite a réalisé le score de 25% aux élections européennes, à partir du moment où les enquêtes d'opinion vous donnent 30% aux prochaines élections départementales, je considère que pour l'image de mon pays, pour notre démocratie cela représente un véritable danger", a-t-il en effet affirmé à l’Assemblée nationale la semaine dernière. "Madame, jusqu'au bout je mènerai campagne pour vous stigmatiser et dire que vous n'êtes ni la République, ni la France", a-t-il aussi assuré à Marine Le Pen depuis l’Hémicycle.

Vidéo sur le même thème - Manuel Valls : "le FN n'aime pas la France"