Selon un sondage Ifop pour l’hebdomadaire Marianne, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen se qualifieraient tous deux pour le second tour de la présidentielle, peu importe le nom du candidat du PS.

L’hebdomadaire Marianne a publié ce jeudi les résultats d’un sondage Ifop, lequel simule pour aujourd'hui les résultats du premier tour de la présidentielle de 2017. Si cette élection s’était déroulée ce jeudi, Marine Le Pen serait arrivée en tête devant Nicolas Sarkozy à l'issue de la première manche. Pire encore, dans tous les scénarios envisagés par l’hebdomadaire, la gauche est éliminée dès le premier tour. Un changement de candidat –François Hollande ou Manuel Valls- n’y changerait strictement rien selon le baromètre.

• Lire aussi : Présidentielles 2017 : Nicolas Sarkozy pense que Marine Le Pen sera au second tour

Marine Le Pen en tête avec 26% des suffrages

La présidente du FN, Marine Le Pen arriverait ainsi en tête du premier tour de la présidentielle devançant d’un tout petit point l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy (25%). Que ce soit le président sortant, François Hollande, ou le Premier ministre, Manuel Valls, l’un et l’autre ne recueilleraient pas plus de 17% des voix. L’hebdomadaire, orienté à gauche, a naturellement titré le compte rendu de ce sondage en rappelant de mauvais souvenirs : "Pire que le 21 avril!".

Parmi les autres candidats, François Bayrou (MoDem) devrait réaliser entre 12 et 13% et Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) au moins 11%. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et Cécile Duflot (EE-LV) recueilleraient respectivement 3%.

Publicité
Dans un sondage daté de mi-avril 2014, l’Ifop avait recueilli une tendance similaire amenant Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy au second tour. Cependant l’institut préfère tempérer les résultats de cette étude rappelant qu’un sondage reflète "un état de l'opinion à l'instant de sa réalisation et non une prédiction", et souligne "l'incertitude concernant l'offre électorale à trois ans du prochain scrutin présidentiel".

A voir sur ce thème : Laurent Ruquier présente dans l'émission "On n'est pas couché" l'arbre généalogique de Marine Le Pen

En imagesLes phrases choc de Marine Le Pen

Viande halal

 Convention du Front national à Lille, le 18 février 2012.

Nicolas Sarkozy

Extrême gauche

En visite à la Réunion, le 7 février 2012, Marine Le Pen est prise à partie par des manifestants répondant notamment à l'appel du Front de gauche et du Mouvement des jeunes socialistes.

Jean-Luc Mélenchon

Le 19 janvier 2012, en réponse aux propos de Jean-Luc Mélenchon qui qualifiait la veille Marine Le Pen de "semi-démente".

Claude Guéant

En conférence de presse consacrée à dénoncer les "profits du CAC 40", le 17 mars 2011.

Immigration

 Le 25 février 2011, à propos du "printemps arabe" et de ses réfugiés...

Occupation

Le 10 décembre 2010, lors d'une réunion à Lyon avec 250 à 300 adhérents du FN, durant la campagne pour prendre la tête du parti.

Michel Drucker

Le 7 décembre 2010 sur Radio Classique, Marine Le Pen s'emporte contre Michel Drucker qui refuse de l'inviter dans son émission "Vivement dimanche", sur France 2.

Minarets

 Le 6 décembre 2009, dans l'émission "Dimanche Politique" sur I-Télé, en réaction à l'interdiction des minarets en Suisse (venant d'être votée).

Frédéric Mitterrand

 Le 5 octobre 2009, dans "Mots croisés" sur France 2, Marine le Pen accuse Frédéric Mitterrand... Par conséquent, elle demande la démission du ministre de la Culture. Ce dernier gardera son poste mais viendra, en réponse à la polémique engendrée, s'exprimer et "défendre son honneur" au JT de TF1 quelques jours plus tard.

Autres diaporamas