Alors que les rumeurs d’un possible remaniement au gouvernement vont bon train depuis quelques jours, la date de ce grand chamboulement semble se préciser. Selon les informations du Canard Enchainé, François Hollande aurait choisi le 21 avril.

©AFP

Le remaniement annoncé par L’Opinion le mois dernier pourrait bel et bien avoir lieu dans les jours à venir. Mais alors que le journal évoquait un chamboulement "express" avant les élections municipales, le Canard Enchainé croit savoir que celui-ci pourrait avoir lieu après. "Ce sera quelque part entre les élections municipales du 30 mars et les élections européennes du 25 mai", indique en effet l’hebdomadaire avant de préciser que, selon un ministre haut placé "le remaniement pourrait intervenir le 21 avril". Quant à savoir pourquoi le président Hollande aurait arrêté son choix sur cette date, plusieurs raisons sont invoquées.

En premier lieu, le chef de l’Etat voudrait se servir du remaniement pour provoquer "un choc psychologique et politiques", expliquait l’Opinion il y a quelques semaines. Prévoyant un tollé de la majorité à ces élections, le président souhaiterait ainsi relever la barre un mois après en présentant aux Français une toute nouvelle équipe "resserrée" et à l’image dynamique. Outre le résultat des élections municipales, François Hollande aimerait également remanier le gouvernement avant le vote de confiance au Parlement à propos du pacte de responsabilité, lequel doit avoir lieu le 29 ou le 30 avril. En effet, le locataire de l’Elysée espèrerait que la nouvelle équipe gouvernementale se rallie à sa cause et soit ainsi comptable de cette mesure. "Le scénario idéal aurait été un remaniement après les européennes mais le scénario le plus probable, c'est un remaniement début avril, entre les municipales et le vote de confiance", a résumé un ministre dans les colonnes du Figaro.

Publicité
En souvenir du 21 avril 2002De son côté, le Canard Enchaîné souligne ironiquement que la date du 21 avril ne manquerait pas "de rappeler de bons souvenirs aux socialistes". Le 21 avril 2002, date du premier tour de l’élection présidentielle, le candidat socialiste Lionel Jospin avait été évincé. Le second tour s’était ensuite joué entre le candidat FN Jean-Marie Le Pen et le président de la République sortant, Jacques Chirac. Et si ce dernier a été élu, ce second tour a véritablement marqué la vie politique française et entraîné une recomposition du paysage politique.

Vidéo : Bartolone sur Ayrault "Au parlement, on fait avec".

Publicité