Les rumeurs d’un possible remaniement ministériel vont actuellement bon train. A l’aube des élections municipales et alors que François Hollande n’en finit pas de chuter dans les sondages, les observateurs s’interrogent sur le moment que pourrait choisir le président pour faire tomber des têtes au gouvernement.

©AFP

Outre le fait de savoir si François Hollande envisage sérieusement un remaniement ministériel et si oui, qui il choisirait pour remplacer Jean-Marc Ayrault, l’autre question qui se pose actuellement consiste à savoir quand le président de la République pourrait procéder à un tel changement. Et là encore, les spéculations vont bon train. Selon Les Echos, le chef de l’Etat pourrait conserver le gouvernement actuel encore quelques mois avant de faire tomber des têtes. En attendant, il tenterait par ailleurs de calmer la grogne des Français en s’exprimant de manière "forte" lors d’un discours devant le Congrès.  En procédant de la sorte, le président Hollande tenterait ainsi de repousser ce remaniement qu’il préfèrerait éviter.

Ce "fusil à un coup" serait alors conservé comme une carte joker en prévision d’un éventuel échec aux élections municipales de mars prochain. "Toute la difficulté du remaniement consiste à promouvoir des personnalités susceptibles d’incarner un changement de cap politique, et en l’occurrence économique assez significatif, pour répondre aux attentes exprimées", a expliqué à Direct Matin Yves-Marie Cann, politologue et directeur en charge des opinions à l’institut CSA.

Publicité
"Ca ne sert à rien, ces spéculations", selon DelanoëEt alors que François Hollande a vu sa cote de popularité chuter de 6 points pour s’établir à 15% selon un sondage Yougov pour le Huffington Post et i-Télé dévoilé ce jeudi, entre 67% et 59% des Français souhaiteraient un remaniement, d’après des études OpinionWay et LH2. Malgré ces chiffres, les élus PS se serrent les coudes au sein de la majorité, même si le député PS de l’Essonne, Malek Boutih, et la candidate à la mairie de Paris, Anne Hidalgo ont plus ou moins explicitement demandé à ce que Jean-Marc Ayrault soit rapidement remplacé. "Je suis en règle générale d'accord avec Anne Hidalgo. Simplement, si j'ai des suggestions à faire au président de la République ou au Premier ministre, je leur ferais à eux", a quant à lui lâché Bertrand Delanoë, le maire de Paris, sur Europe 1 avant d'ajouter: "Ca ne sert à rien, ces spéculations."

A revoir en vidéo : Quand Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault font rire l'Assemblée