Les deux hommes s’échangent des messages dans cette langue alors que celle-ci serait menacée par la réforme du collège. Un message viserait de manière sous-jacente Nicolas Sarkozy.

Dans un petit encadré, Le Figaro rapporte que François Bayrou, maire de Pau, et Alain Juppé, maire de Bordeaux, en plus d’être de plus en plus proches, s’échangent des textos en latin.

Invité ce jeudi sur BFMtv/RMC, le président du Modem a confirmé l’information du quotidien de droite : "J’ai lu ça dans un journal, donc si c’est écrit, c’est que ça doit être vrai."

A lire aussiNouveaux programmes d'Histoire : l’islam obligatoire, les Lumières facultatives

Jean-Jacques Bourdin, amusé, lui demande si cela arrive vraiment : "Ça nous arrive en matière de plaisanterie, pour nous faire rire.", confie-t-il avant de dévoiler la teneur d’un de ces messages : "Dire en latin : "in medio stat virtus" - "c’est au centre que se trouve le courage" - ça peut être aussi un clin d’œil dans les moments où cette idée est mise à mal."

François Bayrou proche d'Alain Juppé

Une manière à peine voilée de rappeler son soutien, pour l’élection présidentielle de 2017, à Alain Juppé, considéré comme plus à gauche de l’UMP (donc plus près du centre) que son concurrent Nicolas Sarkozy. De son côté, le maire de Bordeaux est partisan d’une alliance avec le parti de François Bayrou, ce qui lui avait valu des huées de militants UMP qui ne digèrent toujours pas la "trahison" du président du Modem, en 2012, lorsqu’il avait appelé à voter François Hollande.

Publicité
Quoi qu’il en soit, l’utilisation du latin est une manière de plus, s’il en est, de montrer l’érudition des deux hommes, l’un, professeur agrégé de lettres classiques, et l’autre, bardé de diplômes. Tout cela s’inscrivant dans un contexte de fortes tensions autour de la réforme du collège proposée par le ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qui mettrait à mal l’enseignement des langues anciennes (latin et grec).

Vidéo sur le même thème : La réforme du collège provoque la grogne