Invité de l'émission "C à vous" jeudi soir, le philosophe est revenu sur son passage chahuté à Nuit Debout et son désormais célèbre "Gnagnagna, pauvre conne !". 

Sa phrase "Gnagnagna, pauvre conne !" avait fait le tour du web après qu'il a été chahuté lors d'une soirée à Nuit Debout, place de la République, à Paris. Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut est revenu sur ces faits jeudi soir dans l'émission "C à vous". Avec une comparaison pour le moins surprenante. 

"Je devrais le breveter. C’est comme Nabilla, c’est mon ‘non mais allô quoi’", a ainsi déclaré Alain Finkielkraut sur France 5. Et d'ajouter plus sérieusement : "Il faut faire attention à ne pas se prendre soi-même trop au sérieux, d’où la comparaison". 

A lire aussi - EN IMAGES Finkielkraut devient la risée du web avec son "gnagnagnagna"  

"Je ne suis pas imperturbable"

Publicité
Le philosophe a par ailleurs expliqué sa réaction très médiatisée face à une femme qui le menaçait, selon lui. "Elle était derrière moi, les propos étaient extrêmement violents, elle ne cessait de marteler : 'Des coups de lattes, des coups de lattes, des coups de latte' et, n’en pouvant plus, je lui ai dit ce 'gnagnagna'. Franchement, j’ai été poussé à bout, j’aurais pu partir silencieusement, imperturbé, malheureusement je ne suis pas imperturbable", a-t-il expliqué.

En vidéo sur le même thème - Alain Finkielkraut sur Nuit Debout : "c'est, en quelque sorte, la réinvention du totalitarisme" 

Publicité