Le magazine Challenges affirme que l’ancien ministre de la Culture aurait préféré désigner Agnès Saal, considérée comme une proche, plutôt que d’autres candidats "plus compétents".

Dans un article publié dans le magazine Challenges, le journaliste Bruno Roger-Petit veut voir dans le départ d’Agnès Saal, PDG de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), le résultat d’un conflit sous-jacent entre l’actuel et l’ancien ministre de la Culture : Fleur Pellerin et Aurélie Filippetti.

La semaine dernière, poussée par Fleur Pellerin vers la sortie, Agnès Saal était contrainte de démissionner de son poste à la tête de l’INA en raison de factures trop élevées concernant ses trajets en taxis. Selon le journaliste, elle aurait été débarquée "parce que les faits étaient accablants pour celle qui avait été nommée par son amie, Aurélie Filippetti (…) en remplacement de Mathieu Gallet."

A lire aussiLes étranges trajets en taxi de la PDG de l’Ina

Publicité
Une désignation "d’une proche" qui relève "du fait du prince", selon ce dernier qui ajoute qu’Agnès Saal a été choisie par Aurélie Filippetti parce qu’elle "avait joué un rôle important dans l’animation de ses réseaux parisiens quand elle était députée de Moselle". Un choix qui se serait fait au détriment de "candidats réputés plus compétents en matière de télévision."

Filippetti : "La procédure a été faite de manière transparente"

Des accusations qui ont fait bondir la principale incriminée. Dans une série de tweets, l’ancien ministre de la Culture a veillé à répondre point par point au journaliste.

Vidéo sur le même thème40 000 euros de taxis en 10 mois : polémique autour de la présidente de l'INA