Dans des propos rapportés par Le Point ce jeudi, Marine Le Pen a ouvertement critiqué son père, adepte des polémiques. 

Ce jeudi 5 février, Le Point rapporte des propos pour le moins critiques qu'a tenus Marine Le Pen à l'encontre de son paternel. Alors que depuis le début de l'année le patriarche multiplie les polémiques, sa fille, visiblement agacée, a remis les pendules à l'heure. Des déclarations que la présidente du FN a depuis démenti.

Papa, t'es lourd

Citée par le journal, Marine Le Pen a tenté de se désolidariser des nombreuses controverses dont son père est responsable. "Le Pen (père ndlr) n'est plus dans la ligne du FN ; la ligne du parti, c'est moi. Mais il continue tout de même. Est-ce de la jalousie ? De la provocation ? J'ai renoncé à comprendre", a déclaré la tête du parti d'extrême droite. Quoique démenties auprès de l'AFP, ces critiques sont le fruit d'un parti fatigué de devoir se justifier sur les plaidoyers d'un président d'honneur encombrant. Et la fille de résumer sa relation avec Jean-Marie Le Pen : "entre Jean-Marie Le Pen et moi, c'est comme le ciel breton, il fait beau plusieurs fois par jour !".

D'ailleurs, d'autres dirigeants du parti ont fustigé Jean-Marie Le Pen. Ainsi, le 12 janvier sur LCI, Florian Philippot déclarait que le "menhir" était aujourd'hui "inoffensif pour tout le monde". Une déclaration assassine en réaction à la tentative du président d'honneur de récupérer les événements de début janvier dans son tweet "keep calm and vote Le Pen". Toujours sur la chaîne télévisée, c'est au tour de Gilbert Collard de s'en prendre indirectement à la figure du Front National, ce jeudi : "quand on pose le principe de l'inégalité des races, on est un con !".

A lire aussi - Jean-Marie Le Pen confirme ses propos sur l'inégalité des races 

Le FN a besoin de polémiques

Publicité
"Contrairement à Marine, je pense que le FN progresse grâce aux polémiques. S'il n'y avait plus de polémiques liées au FN, cela signifierait que notre parti est dans l'establishment", déclare le fondateur du parti cité par Le Point. Au moins, l'homme assume sa stratégie, et l'applique à outrance. Invité sur France Info ce jeudi, il a réaffirmé ses théories sur "l'évidente inégalité des races" en date de 1996. "Les noirs courent plus vite que les blancs et nagent beaucoup moins vite. Comment ça se fait ?", a-t-il affirmé, en roue libre. Il a par ailleurs confirmé préférer être Charlie Martel que Charlie Hebdo. Parmi ses innombrables dérapages, a priori volontaires, on peut également rappeler ses propos à l'égard de Claude Bartelone dans son journal de bord : un "faux-cul" et une "vraie vulve", disait-il.

Vidéo sur le même thème - Philipport : "ce que dit Jean-Marie Le Pen n'engage que Jean-Marine Le Pen"