Quelques heures après l’utilisation de l’article 49-3 mercredi, le Premier ministre s’est rendu dans la capitale des Gaules. Un important dispositif de protection a alors été mis en place.

Manuel Valls aurait-il eu peur des débordements suite au passage en force sur la loi Travail ? Mercredi, alors qu’il a une nouvelle fois eu recours à l’article 49-3 pour faire passer la loi controversée, le Premier ministre s’est rendu quelques heures plus tard à Lyon… accompagné d’un important dispositif de sécurité, indique le site Rue89.

Attendu à 18 heures au siège de la Métropole de Lyon pour signer le "Pacte Etat-Métropole", Manuel Valls a sans doute pu apprécier la présence de 47 camions de CRS, des policiers en civil, des motards et des agents de la police municipale pour parer à tous débordements.

A lire aussi Le portable de Manuel Valls au cœur d'un scandale d'espionnage

Un précédent déplacement tendu à Montpellier

Publicité
Mais de débordements, il n’y en a point eu, selon le site, qui précise toutefois qu’"un comité d’accueil était prévu, à l’initiative des militants de Nuit Debout, sous la forme d’un concert de casseroles, soit une ‘casserolade’". Mais le comité n’est pas venu.

Sans doute, le Premier ministre a-t-il été échaudé par son récent passage à Montpellier où il avait inauguré une nouvelle ligne de tram sous les huées des opposants à la loi Travail.

Vidéo sur le même thème : Des manifestants s'invitent chez Manuel Valls pour l'apéro