Alors qu’Emmanuel Macron qualifiait lundi le cursus des élections législatives de "cursus d'un ancien temps", le Premier ministre a remis les pendules à l’heure.

Manuel Valls a réagi lundi aux propos d’Emmanuel Macron qui expliquait ne pas vouloir être candidat aux élections législatives de 2017 car être élu relève, selon lui, d'un "cursus d’un ancien temps". Des propos que ne partage visiblement pas le Premier ministre. "Ce que je sais, c'est que l'expérience d'élu de terrain est irremplaçable. Et nous le voyons ici, qu'ils soient de gauche ou de droite. Parce qu'ils sont confrontés aux mêmes difficultés, aux mêmes problèmes, aux mêmes engagements", a-t-il déclaré lundi lors d'un déplacement dans le sud-est de la France.

A lire aussi - Michel Sapin dément avoir insulté Emmanuel Macron de "con"

L’ancien maire d’Evry (Essonne) a mis en avant son expérience afin de justifier ses positions : "Moi j'ai été maire pendant 11 ans, c'est la plus belle des fonctions. Et la démocratie, elle sert toujours de modèle il n'y en a pas d'autre, a-t-il expliqué. La démocratie qui permet au peuple à travers ses représentants d'exprimer ses aspirations."

La candidature d'Emmanuel Macron aurait été envisagée à Paris pour les élections législatives de 2017

Publicité
Un recadrage qui intervient alors que des rumeurs selon lesquelles le ministre de l’Economie souhaite devenir député en 2017 se faisaient de plus en plus persistantes. Selon le Figaro, sa candidature aurait bien été envisagée à Paris. Le but : faire barrage à Cécile Duflot. Toutefois, le principal intéressé y a mis un terme lundi en expliquant lors du festival du Monde ne pas vouloir accéder à un poste par le biais d’élections qui relèveraient "d’un cursus d’un ancien temps".

En vidéo sur le même thème - Aubry sur Macron : "comment vous dire ? Ras-le-bol"