Les Jeunes Républicains profitent de l’été pour faire la tournée des plages et rencontrer de potentiels électeurs. Cette année, un nouveau cadeau fait parler de lui...

Depuis mi-juillet la caravane Vokswagen vintage des jeunes Républicains fait le tour des plages. Depuis Nice jusqu’au Touquet, le but est de préparer les élections régionales de décembre. "Ca fait seulement deux mois que le parti a changé de nom, les Français ne sont pas encore habitués", explique un militant au Parisien.

 

Ce tour des plages abandonné en 2011 et rétabli par Nicolas Sarkozy aura 34 arrêts jusqu’au dernier week-end d’août mais ne s’arrêtera dans aucune ville socialiste. Cependant, avec les soucis de trésorerie du parti, le budget du tour a été revu à la baisse. "Avant, c’était plus bling-bling (…), on avait davantage de moyens et des contrats saisonniers. Maintenant, c’est uniquement du bénévolat", explique un militant. Et pas question de chômer, les Jeunes Républicains doivent écouler leur stock de produits dérivés. Cette année, en plus des stylos, sacs et briquets, il y a des T-shirts à l’effigie de l’actuel chef du parti et d’autres un peu plus rétro avec des photos des anciens présidents, Charles de Gaulle et Jacques Chirac.

"Merci pour ce moment"

Après les tongs qui inscrivaient le nom du parti dans le sable en 2006, cette année le gadget le plus étonnant est sans aucun doute le préservatif à l’effigie des Républicains. Rien de très original en soit, mais l’inscription qu’on trouve dessus est un réel pique lancé au président de la République, François Hollande : "Merci pour ce moment". Le titre du fameux livre de l’ex-compagne du chef de l’Etat, Valérie Trierweiler, qui avait fait chuter la côte de popularité du président.

D’autres avaient déjà essayé l’inscription sur le préservatif comme le PS, avec leur message, peut-être un peu tue-l’amour, "Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience". Ou encore, Hervé Morin qui en distribuait en forme de pièce d’un euro siglé d’un "l’euro te protège".

 

Publicité
Pourtant, ce produit dérivé n’est pas du goût de tout le monde au sein même du parti. Les Jeunes Républicains du Var ne sont pas ravis estimant que ce n’est pas leur "rôle". Pierre Gentillet, président des Jeunes de la Droite Populaire dénonce, avec d'autres militants, le coût de l’opération qui s’éléverait à 13 000 euros dans un tweet. 

 

Vidéo sur le même thème : "Les Républicains" la fausse bonne idée de Nicolas Sarkozy ? 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité