Durant la traditionnelle interview du 14 juillet à l'Élysée, la dernière du quinquennat pour le président, le chef de l’État a été interviewé sur des sujets d'actualité.

On sentait François Hollande tendu face à Gilles Bouleau et David Pujadas, jeudi après-midi. Le président, dont les sondages sont toujours très bas, répondait pour la dernière fois à cette interview annuelle du 14 juillet. D'emblée, les journalistes ont évoqué le cas d'Emmanuel Macron, qui pourrait se présenter à l'élection présidentielle de 2017.

Après s’être fendu d’un indolent "ce n’est pas le plus important", le chef de l’État a admis qu’il était "utile" d’aller "à la rencontre des citoyens" comme le fait le ministre de l’Économie. Toutefois, il a froidement ajouté qu’il y avait "des règles à respecter", et que la première était "l’esprit d’équipe". Quand Gilles Bouleau lui a demandé s’il ne se sentait pas visé lorsqu’Emmanuel Macron parlait de "promesses non tenues", le président a rétorqué : "Ceux qui n’ont pas tenu leurs promesses, ce sont ceux qui m’ont précédé".

À lire aussi – François Hollande : les perles de son mandat

Brexit et cheveux

"Vous n’y êtes plus, vous n’avez plus les avantages de la nouvelle situation". François Hollande est catégorique sur le Brexit, et maintient sa position par rapport à l’Union Européenne. Avant le référendum, il avait averti les Britanniques du risque économique qu’ils prenaient. "C’est leur choix, mais je ne veux pas que ça ait de conséquences". Il a ensuite exposé ses projets pour améliorer l’UE, notamment avec la création d’un "budget de la zone euro".

Publicité
S’excusant par avance de la "futilité" de sa question, Gilles Bouleau a enfin évoqué la polémique concernant le salaire onéreux du coiffeur de l’Élysée. Le Canard Enchaîné avait dévoilé mercredi le montant de son salaire : 9 895 euros brut. Le président, qui a assuré "entendre ce que cela peut représenter", a rebondi en mentionnant ses réussites : la "diminution des effectifs" et des dépenses générales sous son quinquennat pour le train de vie de l'Elysée. "On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là", a-t-il déclaré pour conclure.

Vidéo sur le même thème – Interview du 14 juillet : le grand oral de François Hollande

Publicité