Dans un communiqué, des syndicats de journalistes accusent la rédaction en chef de France 3 d’avoir fait passer à la trappe un sujet sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy et qui devait passer lundi au JT du 19/20.

La rédaction en chef de France 3 a-t-elle volontairement censuré un sujet fâcheux pour Nicolas Sarkozy ? C’est en tout cas ce qu’assurent plusieurs syndicats de journalistes (SNJ-CGT, SNRT-CGT de France Télévisions). Dans un communiqué dévoilé ce jeudi, ceux-ci expliquent que France Inter, France 3 et Libération s’étaient récemment mis d’accord pour publier en même temps des informations clé sur l’affaire dite des écoutes de Nicolas Sarkozy. Il s’agissait alors d’extraits du compte-rendu de la garde à vue de l’ancien président. Ce joli coup journalistique était prévu pour le lundi 22 septembre. Aussi, Libération a publié une double-page sur l’affaire et France Inter a diffusé de larges extraits. Seule France 3 n’aurait pas respecté les termes de leur accord. Ce soir-là, pour son JT du 19/20, la chaîne a certes diffusé un sujet sur Nicolas Sarkozy mais celui-ci ne concernait en rien l’affaire des écoutes. A la place, la Trois a fait passer un reportage sur le nouveau QG de campagne du champion de la droite. Bien loin de ce qui était prévu.

A lire aussi – Nicolas Sarkozy : Libération dévoile un rapport "accablant" pour l’ancien président

Les rédacteurs en chef "se sont assis sur leur indépendance professionnelle"D’après le communiqué des syndicats, ce changement aurait été opéré par la rédaction en chef deux heures avant le début du JT. "Mais qu’y avait-il de si dérangeant dans le compte-rendu de la garde à vue de Nicolas Sarkozy auquel a eu accès France 3? Le téléspectateur et citoyen n’en saura rien. CENSURE! Oui c’est bien le mot", ont-ils dénoncé. Et ceux-ci de déplorer :  "Un véritable tapis rouge a été déroulé sous les pas de cet invité vraiment très spécial puisque c’est lui-même qui a nommé le PDG qui l’a accueilli à son arrivée. Comme par hasard, dès le lendemain, une grossière censure à France 3". Selon eux, "Après les 45 minutes de promotion offertes à Nicolas Sarkozy dimanche soir dans le 20 Heures de France 2, France Télévisions avait l’occasion de se dédouaner et de montrer qu’elle ne roulait pas à 100% pour l’ancien président de la république". Mais au lieu de ça, les rédacteurs en chef "se sont assis sur leur indépendance professionnelle", ont-ils également raillé.

A lire aussi – Yves Jégo réclame le même temps que Nicolas Sarkozy sur France 2

Publicité
"Pas suffisamment d’informations nouvelles" pour être diffusé ?De son côté, le rédacteur en chef de France 3, Pascal Golomer a réagi en écrivant une lettre aux rédactions de France Télévision. "La rédaction en chef du 19/20 a jugé que le sujet tel qu’il lui a été présenté ne révélait pas suffisamment d’informations nouvelles par rapport à ce qui avait déjà été rendu public ces derniers mois. D’autant que la veille, dans ce même 19/20, un dossier de 2’30 récapitulait les différentes affaires judiciaires dans lesquelles le nom de Nicolas Sarkozy apparaît", a-t-il fait valoir dans ce texte publié par Le Lab d’Europe 1.

Vidéo sur le même thème - Nicolas Sarkozy placé en garde dans l'affaire des écoutes