Ensemble Jacques et Bernadette Chirac ont eu deux filles : Laurence et Claude. Mais en 1979, le couple a recueilli une troisième enfant prénommée Anh Dao. Découvrez qui est cette femme qui dénonce aujourd’hui l’attitude de sa "mère de cœur". 

©AFP

Jacques et Bernadette pleurent leur fille Laurence. Agée de 58 ans, elle souffrait d’anorexie mentale depuis l’adolescence et s’est éteinte jeudi après avoir fait un malaise cardiaque. C’est donc entourés de leur fille cadette, Claude, que l’ancien président et son épouse vont devoir surmonter cette terrible épreuve. Très proche de ses parents, cette dernière s’occupe de la communication de son père et veille, avec sa mère, à le préserver des médias, notamment depuis l’AVC dont il a été victime en 2005. "Dans cette famille, Jacques Chirac est le noyau central et ses femmes (son épouse et sa fille cadette, ndlr) font barrage pour le protéger, nous confiait Anh Dao Traxel, il y a deux ans. Bernadette est comme une guerrière qui m’empêche de voir mon père de cœur".

"Je faisais partie d’une famille très politisée (qui) s’est servie de moi"Recueillie par Jacques et Bernadette Chirac après qu’elle a fui le Vietnam en 1979, l’ancienne "boat people" est aujourd’hui tenue à l’écart par celles qui lui ont pourtant ouvert les bras quand elle avait 21 ans. "En seulement quelques heures d’avion, j’étais passée de l’enfer au paradis (…) tout me semblait nouveau et beau. J’avais devant moi la liberté et la promesse d’un avenir où la misère n’aurait pas sa place", nous expliquait la "troisième fille" des époux Chirac qui a vécu deux ans chez eux. Si elle reconnaît que l’aide de cette famille lui a été capitale pour démarrer une nouvelle vie, Anh Dao Traxel semble cependant avoir pris conscience de ses motivations : "Je faisais partie d’une famille très politisée (qui) s’est servie de moi. Rien que mon accueil à l’aéroport par Jacques Chirac en personne en 1979 a servi ses ambitions politiques. C’était un geste fort pour montrer qu’il accueillait une réfugiée et inciter d’autres Français à le faire".

D’ailleurs, la famille se serait détournée d’elle à mesure que le patriarche avançait sur l’échiquier. "Tout a véritablement basculé en 1995 quand Jacques Chirac a été élu président de la République. A partir de ce moment-là, j’ai compris que je n’avais plus ma place dans cette famille", se souvient-elle. Et celle-ci de revenir sur une anecdote : "Je sentais que j’ennuyais Bernadette quand je l'appelais pour prendre des nouvelles. Au téléphone, elle m’a même dit : ‘Qu’est-ce qu’elle veut encore au président, la petite ?'…".

Publicité
"Je prends sans doute trop de place dans cette famille"Aujourd’hui, Anh Dao Traxel se sent exclue. Une situation qui aurait selon elle plusieurs origines. Claude et Bernadette Chirac "ont tellement souffert pour aider Jacques à atteindre son objectif d’être un jour président que peut-être elles n’ont ensuite pas eu envie de partager cette victoire avec moi, songe-t-elle. Il y a aussi le fait que je prends sans doute trop de place dans cette famille qui a traversé beaucoup d’épreuves. Je pense notamment à la maladie de Laurence (atteinte d’anorexie mentale et qui a tenté plusieurs fois de se suicider, ndlr)".

Vidéo - Laurence Chirac, la fille aînée de l'ancien couple présidentiel est décédée 

Publicité
Publicité