La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation de Patrick Buisson dans l’affaire des enregistrements. Le conseiller, poursuivi par Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, devra les dédommager à hauteur de 10 000 euros pour atteinte à la vie privée.

©AFP

Patrick Buisson a été condamné jeudi à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Nicolas Sarkozy et Carla Bruni pour atteinte à la vie privée. Condamné cette fois-ci en appel, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy avait enregistré de nombreuses réunions avec l'ancien chef de l’Etat sans le prévenir. Les enregistrements avaient ensuite fuité dans la presse via Le Canard Enchaîné et le site Atlantico.

• Lire aussi : Enregistrements de Sarkozy : mais qui est Patrick Buisson ?

Les extraits retirés

Bien qu’Atlantico ait retiré avant le premier jugement les enregistrements concernant l’ex-Première dame de France, Nicolas Sarkozy avait obtenu gain de cause sur le retrait de tous les fichiers du site. Une décision, dont le directeur de la publication, Jean-Sébastien Ferjou, avait fait appel, en vain pour des raisons procédurales.

La justice a également donné raison à l’ancien conseiller de la communication de l’Elysée, Jean-Michel Goudard. Ce dernier, présent sur les enregistrements, a obtenu la condamnation du Canard Enchaîné à 10 000 euros à titre de dommages et intérêts. L’hebdomadaire satirique devra par ailleurs publier un communiqué judiciaire.

Publicité
Les enregistrements de Patrick Buisson sont exploités dans le cadre de l’affaire des sondages de l’Elysée, dans laquelle l’ex-conseiller est impliqué. Les relations entre neuf instituts de sondages et l’exécutif sont scrutées de près par les juges, à plus forte raison qu’aucun appel d’offre –une démarche obligatoire pour l’ensemble des administrations publiques- n’avait été réalisé au préalable. 

A voir sur ce thème : Patrick Buisson, "l'homme qui murmurait à l'oreille du président"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité