Entre son livre à paraître le 6 janvier et son interview au Journal du Dimanche, l’ancien Premier ministre ne tiendrait pas le même discours.

Dans une interview pour le Journal du Dimanche, Alain Juppé estime que la déchéance de la nationalité pour les binationaux convaincus de terrorisme n’est pas "utile" puisque "son efficacité sera faible voire nulle", mais précise qu’il la votera comme député.

Le maire de Bordeaux estime également que tout ceci est "un coup politique" de François Hollande qui utilise une mesure prisée par la droite. Le président de la République l’avait annoncée lors du Congrès comme une réponse aux attentats du 13 novembre, quitte à se braquer avec une partie de sa majorité.

A lire aussi – VIDEO Alain Juppé : son fâcheux trou de mémoire en direct

Jack Lang relève la contradiction

Cependant, dans son nouveau livre, Pour un Etat fort, à paraître le 6 janvier, Alain Juppé prône, parmi de nombreuses propositions, de "prononcer davantage de déchéances de nationalité pour les binationaux auteurs d'actes terroristes", a relevé Jack Lang, invité du Grand Rendez-vous d'Europe 1.

Cependant, un journaliste d’Europe 1 a lu le livre du candidat à la primaire des Républicains, et nuance l’affirmation de l’ancien ministre de la Culture. "Jack Lang prend ici quelques raccourcis. A la page 223, il est effectivement écrit ce qu’a dit Jack Lang. Sauf que dans le livre, Alain Juppé ne demande pas de réforme de la loi. D’ailleurs, dans le JDD, Alain Juppé évoque le texte [législatif] qui existe déjà pour les binationaux naturalisés."

Publicité
En effet, la proposition de François Hollande vise à élargir cette possible mesure aux binationaux nés Français. C'est là que se situe la différence entre les deux hommes puisque Alain Juppé se limite "aux incriminations déjà prévues dans le Code civil pour la déchéance des Français binationaux naturalisés", comme il l’indique au JDD.

Vidéo sur le même thème : Alain Juppé affiche sa fermeté et passe à l'offensive