Syrie, Ukraine, affaire Snowden... Le nombre de sujets sensibles à aborder ne manquent pas pour François Hollande, qui se rend mardi aux Etats-Unis. Cependant les médias s'interrogent plus sur la vie intime du président français que sur ces dossiers d'actualité.  

© AFP

Mardi 11 février commence le déplacement officiel de François Hollande aux Etats-Unis. Depuis son élection de mai 2012, le président de la République n'a jamais autant fait parler de lui dans les médias internationaux que ce dernier mois. Sa relation supposée avec l'actrice Julie Gayet avait fait la Une des quotidiens des quatre coins du globe.

Sa vie privée intéresse les médias américains

Les révélations du magazine Closer auront au moins eu le mérite de faire parler du locataire de l'Elysée dans les médias d'outre-Atlantique. A la suite de la publication des indiscrétions de l'hebdomadaire, François Hollande a fait la Une du New York Post avec un titre original : Survivor (le survivant). Le journal américain avait publié un montage photo sur sa couverture. Sur cette Une, Julie Gayet et l'ex-Première dame de France, Valérie Trierweiler, entourent le chef d'Etat qui baisse la tête et se gratte le front.

Si François Hollande a fait le tour de l'actualité mondiale au début du mois de janvier dernier, il refait actuellement surface dans la presse américaine grâce à sa visite d'Etat. Le Washington Post s'est alors intéressé aux "joies du renouveau" de l'alliance entre Barack Obama et son homologue français. De son côté, le New York Times a affirmé que le diner officiel a été difficile à organiser car François Hollande voyage sans compagne. Qui pourra donc s'asseoir à la droite du président américain lors de ce repas ? "Une place à prendre" pour Le Canard Enchaîné qui évoque la question. Le journal évoque la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq ou celle de l'Economie numérique Fleur Pellerin qui pourraient "faire l'affaire".

"Hollande, vous dites? Comme le pays ?"

Les Américains ne semblent pas au point concernant la politique française. Sur son site Internet, Metronews a cité les paroles d'une habitante des Etats-Unis. "Non, je n'en ai jamais entendu parler. Hollande, vous dites ? Comme le pays ?", s'est notamment questionnée Sally, une quadragénaire de Los Angeles (Californie).

Publicité
Mardi, François Hollande sera accueilli par 21 coups de canon à la Maison-Blanche avant de s'entretenir avec le président américain. Par ailleurs, lors de sa visite il ne s'exprimera pas devant le Congrès comme l'avaient fait ses prédécesseurs.

A voir également : En 2012, Obama conseillait à Hollande d'arrêter le scooter

Publicité