Une enquête interne du syndicat exonère son ancien secrétaire général de toute intervention dans la commande des travaux de son appartement de fonction.

Thierry Lepaon, ancien secrétaire général de la CGT, n’est pas responsable des travaux réalisés dans son appartement de fonction, et dont la révélation du coût onéreux l’avait poussé à la démission en janvier dernier. C’est en tout cas ce qu’affirment les conclusions d’une enquête interne du syndicat, rendues publiques mardi soir par son successeur, Philippe Martinez.

Selon le document, les travaux estimés à plus de 100 000 euros "ont été réalisés en dehors de la responsabilité du secrétaire général", qui n’a "pas eu connaissance des devis" et "a découvert les travaux une fois ceux-ci achevés", comme l'a souligné Philippe Martinez.

"La vérité éclate enfin", a réagi Thierry Lepaon dans une interview pour le site L’Opinion.fr. Et de déclarer, soulagé : "Je retrouve mon honneur, ma dignité, le fruit de mes engagements."

"Une grosse ficelle pour réhabiliter Lepaon"

En outre, Philippe Martinez a fait savoir devant la commission exécutive fédérale que la facture des travaux était "en décalage par rapport à la réalité des prestations effectuées", et que la Confédération étudiait "la façon de recouvrir le trop payé", se réservant "la possibilité d’utiliser tous les recours juridiques."

Pour pallier à l’avenir cet écueil, le syndicat a décidé de recruter un directeur administratif et financier pour "travailler avec plus de rigueur", et d’établir "au moins trois devis" pour des montants dépassant les 5 000 euros.

Publicité
Toutefois, cette réhabilitation n’est pas du goût de tout le monde dans le syndicat, comme le montre cette déclaration d’un des participants rapportée par Le Parisien : "C’est une honte, une grosse ficelle pour réhabiliter Lepaon."

Vidéo sur le même thèmeCGT : Thierry Lepaon va rendre des comptes

mots-clés : Cgt
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité