Le Conseil du français du culte musulman (CFCM) a annoncé mardi qu’il allait retirer sa plainte contre Jean-François Copé. Pendant la campagne pour la présidence de l’UMP, le député-maire de Meaux avait crée une véritable polémique avec ses propos sur le pain au chocolat.

La fin de l’affaire du pain au chocolat ? Suite aux regrets exprimés par Jean-François Copé au Conseil français du culte musulman (CFCM), ce dernier a décidé de retirer sa plainte. "Jean-François Copé a exprimé des regrets. Nous allons donc retirer notre plainte", a en effet déclaré Abdellah Zekri, le président de l’Observatoire de l’islamophobie au sein du CFCM à l’issue d’un entretien d’une heure avec le député-maire de Meaux.  "Nous avons eu un échange positif, constructif et apaisé", a quant à lui indiqué Jean-François Copé avant d’ajouter : "Cela a été pour moi l’occasion de donner une explication sur ce qui a été un énorme contresens de mes propos. Je regrette l’instrumentalisation qui en a été faite".

"Les musulmans ont été heurtés"Lors d’un meeting à l’automne dernier, le candidat à la présidence de l’UMP avait évoqué le cas d’un jeune qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous" et ce, au motif "qu’on ne mange pas pendant le ramadan". Revenant sur cette affaire, le président du CFCM a déclaré : "Nous avons exprimé dans cette entrevue avec Jean-François Copé que les musulmans ont été heurtés par ses propos et le traitement médiatique qui en a été fait". 

Publicité
Mardi après-midi, le parquet de Draguignan a indiqué qu’il attendait "le retour de la procédure et la décision du plaignant de retirer sa plainte". Le parquet peut toutefois décider de poursuivre la procédure et ce, malgré le retrait de la plainte du CFCM.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité