Invité ce jeudi de l'émission de France 2 Des paroles et des actes, Manuel Valls est revenu sur l'affaire Dieudonné, dont il souhaitait faire interdire les spectacles. Mais le ministre de l'Intérieur s'est, semble-t-il, un peu embrouillé.

© AFP

Invité ce jeudi de l'émission Des paroles et des actes, diffusée sur France 2, Manuel Valls a notamment été interrogé sur ses actions de ces dernières semaines concernant Dieudonné. A cette occasion, le ministre de l'Intérieur, qui s'était lancé dans une bataille contre l'humoriste pour en faire interdire les spectacles, dont il jugeait le contenu antisémite, s'est visiblement mélangé les pinceaux : il a en effet affirmé que si c'était à refaire, il ne recommencerait pas.

Manuel Valls lancé dans son argumentation

Manuel Valls a d'abord estimé que les propos tenus par Dieudonné ne sont "pas une opinion". Ceux-ci correspondent, selon le locataire de la place Beauvau, à du "racisme et de l'antisémitisme". Lorsqu'il a ensuite évoqué ses initiatives à l'encontre de l'humoriste controversé, Manuel Valls s'est un peu pris les pieds dans le tapis. "Le racisme et l'antisémitisme ce sont des délits qui doivent être condamnés par la loi. Depuis qu'il y a eu l'interdiction du Conseil d'Etat, ce personnage ne peut plus proférer dans ses spectacles les mêmes propos. Donc si c'était à refaire, je ne le referais pas", a déclaré le ministre.

Un lapsus que lui a directement fait remarquer le présentateur du programme, David Pujadas. Cependant, lancé dans son argumentation, Manuel Valls n'a pas corrigé son erreur. Finalement ce n'est qu'en fin d'émission que le ministre de l'Intérieur a rectifié son propos : "je peux vous dire que si c'était à refaire, je le referais, mille fois".

Un spectacle annulé

Publicité
Dès la fin du mois de décembre dernier, Manuel Valls a tout mis en oeuvre pour interdire les spectacles de Dieudonné. La première représentation annulée a été celle du 9 janvier 2014 prévue au Zénith de Nantes (Loire-Atlantique). Le Conseil d'Etat avait alors contredit une décision du tribunal administratif de la ville, qui avait lui autorisé le spectacle.

A voir également : le ministre de l'Intérieur chute dans les sondages - 07/02