Le pape François se rendra mercredi prochain en Bolivie. A cette occasion, il empruntera une route au nom très évocateur.

Le pape et le diable ne sont a priori pas amenés à se côtoyer et pourtant le chef de l’Eglise catholique va devoir croiser la "route du diable" lors de son périple en Amérique latine. Le premier pape sud-américain va emprunter mercredi prochain le "virage du diable", un pan de roche situé sur l’autoroute reliant La Paz à El Alto, comme le rapporte France Info.

Lire aussi - "Putain" : quand le pape François jure en pleine messe

Durant la journée, on y observe les restes d’offrandes que les brigands déposent la nuit en guise de pardon ou les chauffeurs routiers pour ne pas avoir d’accident. Avant de devenir une autoroute, cet endroit était déjà sacré pour les Indiens Aymaras de La Paz jusqu’à ce que les conquistadors sous l’influence de l’Eglise catholique considèrent ces croyances comme diaboliques. La mauvaise réputation de cette route embête les autorités boliviennes qui veulent réserver le meilleur accueil au pontife.

Habemus coca

Publicité
Le pape François va effectuer un voyage en Amérique latine du 5 au 13 juillet. Il se rendra dans trois pays pauvres du continent, en Equateur, au Paraguay et en Bolivie.  Lors de son passage dans ce dernier, en plus d’emprunter la route du diable, le pontife pourrait être amené à mâcher des feuilles de coca. La plante dont est extrait la cocaïne. Selon la rumeur, le pape argentin aurait demandé à ses hôtes boliviens de lui apporter des feuilles de coca. Ces dernières sont utilisées comme remède contre le mal d’altitude.

Vidéo sur le même thème : Le Pape François en terre mafieuse