Le premier "lavement de pieds" du pape François qui s’est déroulé jeudi a marqué les esprits. Ce dernier a en effet choisi de célébrer le Jeudi saint dans une prison pour mineurs de Rome.

Saint François d’Assise était l’ami des pauvres, et c’est pourquoi le successeur de Benoit XVI a choisi ce patronyme. Désireux de s'inscrire dans sa lignée, Jorge Mario Bergoglio est ainsi devenu le pape François, "pape des pauvres". A l’occasion de la célébration du Jeudi saint, le pape n’a non pas choisi de se rendre dans une basilique, comme le veut la tradition, mais dans une prison de Rome.

Les images de cette cérémonie étaient d'ailleurs particulièrement empreintes d’émotion. Le pape François, avec beaucoup d’humilité, a en effet lavé les pieds de douze détenus dans le centre de détention pour mineurs Casal del Marmo. Parmi eux, deux étaient des jeunes filles. Ainsi, "c'est la première fois dans l'histoire qu'un pape associe des femmes à cette cérémonie", a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, avant d’admettre que "beaucoup de prêtres le font déjà". Fait d'autant plus rarissime que l’une des deux était une Serbe de confession musulmane.

Publicité
Un pape déjà très populaire"Je suis heureux d'être avec vous. Allez de l'avant et ne vous laissez pas voler l'espérance. Compris ? Toujours aller de l'avant avec l'espérance !", a déclaré le pape aux détenus et aux fidèles, dans la chapelle de la prison. Jorge Mario Bergoglio a refusé de porter la mosette rouge de pape et a gardé sa croix d'archevêque en fer, en signe de simplicité. De nombreux fidèles s’étaient rassemblés dans la rue qui longe la prison.  

Le pape François lave les pieds des détenus en image:

 

Publicité