Trois semaines après avoir proposé une série de mesures pour sortir la Grèce de la crise, l’ancien patron du FMI a critiqué les conditions dans lesquelles un accord a été trouvé entre le pays et ses créanciers.

Il n’a pas mâché ses mots. Dans une tribune mise en ligne samedi, Dominique Strauss-Kahn n’a pas hésité à dire tout le bien qu’il pense de l’accord qui a été trouvé la semaine dernière entre la Grèce et ses créanciers. S’adressant à ses "amis allemands", celui qui était autrefois patron du Fonds monétaire international (FMI) a en effet déploré que "le contexte dans lequel ce diktat a eu lieu crée un climat dévastateur" en Europe.

A lire aussi - DSK : son nouveau métier à Cuba

Des conditions "effrayantes"Dans ce texte publié en trois langues (français, anglais et allemand), DSK pointe clairement les créanciers de la Grèce qui, selon lui, n’ont pas hésité à "saisir l’occasion d’une victoire idéologique sur un gouvernement d’extrême gauche" et ce, "au prix d’une fragmentation de l’Union". "A compter nos milliards plutôt qu’à les utiliser pour construire, à refuser d’accepter une perte, à préférer humilier un peuple parce qu’il est incapable de se réformer (...) nous tournons le dos à ce que doit être l’Europe, nous tournons le dos à la solidarité citoyenne d’Habermas", a-t-il regretté. Et celui-ci de poursuivre : "les conditions de cet accord, quant à elles, sont proprement effrayantes pour qui croit en l’avenir de l’Europe".

Hollande et Merkel épargnésMais si DSK s’est montré sévère avec les créanciers de la Grèce, il a en revanche épargné le duo Hollande-Merkel. Toujours selon lui, le président français « a tenu bon » tandis que la chancelière allemande a « bravé ceux qui ne voulaient à aucun prix d’un accord". "C’est à leur honneur", a-t-il commenté, ajoutant qu' "un plan a de bonnes chances d’être mis en œuvre, repoussant, sinon effaçant, les risques du Grexit".

Publicité
Il y a quelques semaines, alors que les négociations étaient en cours entre la Grèce et ses créanciers, DSK était déjà monté au créneau sur Twitter. Un message qui avait été vu plus de 2 800 000 fois (selon l’outil statistique Slideshare) ! Sa nouvelle leçon d’économie rencontrera-t-elle le même succès ?

Vidéo sur le même thème : DSK débarque sur Twitter... et déjà son premier tweet intrigue