Plus d’une semaine après la disparition du vol MH370 en mer de Chine, trois enquêteurs français du Bureau d’études et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile ont été dépêchés en Malaisie. Forts d’avoir déjà travaillé sur les recherches du vol AF447 en 2011, ils vont aider les enquêteurs locaux à retrouver la trace du Boeing 777 de Malaysia Airlines.

©AFP

Des Français vont participer aux recherches du vol MH370. Le ministère français des Transports a en effet annoncé dimanche que trois enquêteurs du Bureau d’études et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile ont été envoyés en renfort en Malaisie. "Les autorités malaisiennes ont accepté l'assistance technique du BEA que Frédéric Cuvillier (le ministre, ndlr) avait proposée dans les premières heures suivant la disparition du Boeing 777, vol MH370, le 8 mars 2014, dans le cadre de la coopération internationale", a-t-il indiqué dans un communiqué. Les trois enquêteurs français "rejoindront les équipes du NTSB, l'homologue américain du BEA, pour se tenir à la disposition des autorités malaisiennes dès lundi matin afin d'examiner et d'exploiter les données disponibles et d'aider à l'organisation des recherches", a par ailleurs précisé Frédéric Cuvillier.

25 pays ont apporté leur aide aux autorités malaisiennesPlus d’une semaine après la disparition de cet avion en mer de Chine et après plusieurs fausses pistes, de nombreux pays ont décidé de prêter main forte aux autorités malaisiennes. "Le nombre des pays impliqués dans les recherches et les opérations de sauvetage du vol MH370 est passé de 14 à 25, avec ce que cela comporte comme nouveaux défis à relever en matière de coordination et de diplomatie", a souligné le ministre malaisien de la Défense et des Transports, Hishammuddin Hussein. Cette nouvelle coopération inclut notamment des données satellitaires et militaires, potentiellement sensibles, avec ces pays parmi lesquels figurent les Etats-Unis, la Chine et la France. "Nous espérons ainsi que les parties qui peuvent nous assister aideront à mieux cibler la zone à fouiller", a confié le ministre. Plus de huit jours après la disparition du Boeing 777, aucune zone de recherches précise n’a pu être définie, ce qui rend la tâche des enquêteurs très difficile.

Publicité
Mondialement connu, le BEA est le seul organisme français à mener des enquêtes techniques pour déterminer les causes d’un accident d’avion. Ces équipes,  et notamment les trois Français envoyés dimanche en Malaisie, avaient d’ailleurs travaillé sur l’enquête du crash du vol AF447 reliant Rio à Paris en 2011.

Vidéo : les internautes, eux aussi, mis à contribution