Alors que mercredi la chancelière allemande était en plein débat télévisé à Rostock, celle-ci a dû expliquer à une jeune réfugiée pourquoi elle ne pourra pas rester en Allemagne.

Mercredi dernier, la chancelière allemande, Angela Merkel, partait à la rencontre de plusieurs lycéens de Rostock (Allemagne). Cette rencontre se faisait dans le cadre d'un débat télévisé organisé sur le thème "Bien vivre en Allemagne".

Tandis que les discussions allaient bon train, une jeune réfugiée a pris la parole. Reem, d'origine palestinienne, est arrivée du Liban il y a près de quatre ans. Selon Europe 1, c'est "avec sa famille qu'elle a fui". Devant les caméras la jeune fille a demandé à la chancelière pourquoi elle sera expulsée du pays, alors qu'elle vit en Allemagne depuis plusieurs années. "Je veux étudier, c'est vraiment mon souhait", a-t-elle confié à Angela Merkel, dans un allemand irréprochable et parfaitement prononcé.

Ferme sur la question de l'immigration, la dame de fer a répondu: "il y a des miliers de réfugiés Palestiniens dans les camps au Liban (...). Si on leur dit 'Vous pouvez tous quitter l'Afrique pour venir', on ne va pas s'en sortir".

À lire aussi - Immigration : Dati dézingue (encore) la politique de son propre camp

Twitter s'enflamme sur Merkel

Un réponse qui a fait craquer la jeune Palestinienne. Cette dernière a fondu en larmes, rendant la situation un peu compliquée pour la chancelière allemande. Visiblement génée par la triste réaction de Reem, Angela Merkel l'a rejoint et dans une geste qui se voulait "réconfortant" lui fait une carresse sur le front, précisant qu'elle "(avait) bien fait".

Publicité
Les réactions sur les réseaux sociaux n'ont pas tardé pas. Sur twitter, de nombreux internautes ont réagi à travers le hashtag #Merkelstreichelt. Certains avec humour, d'autres plus sérieusement :