Les diagnostics techniques à fournir à son acheteur pour concrétiser une vente sont de plus en plus nombreux. Un article paru sur LeMonde.fr en a recensés dix, obligatoires depuis le 1er novembre 2007. Toutes les explications avec Planet.fr.

Le métrage

Regroupés dans le dossier de diagnostic technique (DDT), les différents certificats ont tous une durée de validité qui leur est propre. Cependant, ils sont importants car cela permet d'éviter, le jour de la signature, "que l'acheteur n'invoque un vice caché ou un défaut d'informations pour faire casser la vente", explique LeMonde.fr.

 

Bien que les frais du DDT soient à la charge du vendeur, il reste malgré tout important. Les tarifs sont libres, c'est-à-dire qu'ils dépendent de la personne à qui vous faites appel, mais il est tout de même vivement conseillé de solliciter un expert compétent.

 

Publicité
Parmi ces diagnostics, il y a le métrage (aussi appelé diagnostic de loi Carrez). Très important, il atteste de la superficie habitable d'un bien en copropriété. Si la superficie réelle du bien est inférieure de plus de 5% à celle indiquée dans l'acte de vente, l'acheteur peut se retourner contre le vendeur et demander de recalculer le prix de vente proportionnellement.

 

A ne pas négliger donc, même si ce certificat n'est valable que dans le cadre d'une copropriété et n'est pas obligatoire lors de l'achat d'une maison.

 

© Immobilier Baron Agence immobilière spécialisée/Flickr

Publicité