Conso
La revue 60 millions de consommateurs a pesé un millier de produits vendus dans les commerces et grandes surfaces. Et nombreux sont ceux à ne pas respecter leur poids affiché.  
Vidéos A la une
IL DU WEB. Une journaliste du Figaro a effectué une enquête participative pour savoir s'il était possible de vivre 1 mois sans supermarché. Elle a conclu qu'avec Internet, il était possible de consommer mieux, local et moins cher.
Vidéos A la une
Moins chahuté que François Hollande lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture, Manuel Valls a tout de même été reçu, ce lundi, dans une ambiance tendue. Accompagné de Stéphane Le Foll et d'un important service de sécurité, le Premier ministre a été pris à parti par des producteurs soucieux de le sensibiliser à la crise du secteur agricole. Mais c'est le ministre de l'Agriculture qui a essuyé sifflets et quolibets à chaque prise de parole. "T'as rien compris Le Foll, va te cacher", ont lancé certains éleveurs en colère. Cette visite intervient à quelques heures de la fin des négociations commerciales entre les industriels et la grande distribution, accusés de tirer les prix vers le bas.
Vidéos A la une
Olivier Valles est éleveur de vaches dans le Tarn. Il explique au micro de LCI que malgré la passion pour son métier, il se lève tous les matins pour effectuer des tâches qui ne lui rapportent plus d'argent. Il souligne que les grandes surfaces, en promettant aux consommateurs de payer toujours moins cher, tuent à petit feu les producteurs.
Vidéos A la une
Pour répondre au problème des cours trop bas qui touche les agriculteurs, Manuel Valls doit recevoir lundi les patrons de la grande distribution. Mais dans le Sud-ouest, des solutions se mettent déjà en place pour améliorer la situation. Une trentaine d'éleveurs de porcs ont choisi de vendre une partie de leur production en circuit court, avec un prix négocié bien plus intéressant que celui fixé au niveau national.
Vidéos A la une
La colère des agriculteurs ne retombe pas. Au contraire, elle s'étend dans tout le pays. Éric Brunet estime qu'ils sont victimes des charges trop élevées en France ainsi que d'un manque de lucidité et de transparence dans les règlementations. Cependant, les consommateurs veulent acheter à des prix les plus bas possible car le pouvoir d'achat n'est pas au rendez-vous. Les gouvernements successifs n'ont jamais été capables de créer des systèmes pour empêcher la volatilité des prix, ni de mettre en place des conditions de négociations entre les producteurs et les distributeurs. Par ailleurs, certains agriculteurs n'ont pas accompli les efforts nécessaires pour se moderniser. Toute la chaîne a donc sa part de responsabilité dans cette colère des agriculteurs, affirme Laurent Neumann. - Bourdin Direct, du mercredi 3 février 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Avec: Elisa Galassi, responsable de Maille aux États-Unis. - Le Grand Journal de New York, du samedi 19 décembre 2015, présenté par Sabrina Quagliozzi, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Durant la semaine, de nombreux Français plébiscitent les plats préparés pour gagner du temps. Mais certains préfèrent les concocter pour connaître ce qu'ils ont dans leur assiette. À Lyon, temple de la gastronomie, rencontre avec des amoureux de la bonne chère.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/lEqDKcaO . Interview de Pascale ...
Vidéos A la une
Des agriculteurs venus de toute la France avec plus de 1.000 tracteurs convergeaient mercredi vers Paris pour réclamer, jeudi, des aides supplémentaires et des réformes de fond face à l'effondrement des cours. "Ils ont vraiment envie qu'on les comprenne, qu'on les entende et puis qu'on puisse résoudre leur problème" a expliqué Xavier De Giacomoni, qui accompagne d'éleveurs bretons.
Vidéos A la une
Anne De Loisy, auteure de "Bon appétit!", était l'invitée du "17-19" ce mercredi sur LCI pour parler de la crise du porc. Elle a présenté le "système des circuits courts en achetant directement auprès de l'éleveur" comme une solution d'avenir.
Vidéos A la une
Comme chaque année, les supermarchés se sont enrichis de stylos, cahiers, classeurs et autres fournitures scolaires. Et comme chaque années, certains produits stars se disputent les têtes de gondole, au détriment d'anciens articles.
Vidéos A la une
Les grandes surfaces ne sont responsable que de 6% de la somme totale du gaspillage alimentaire réalisé en France. Les patrons des grandes surfaces étaient convoqués par Ségolène Royal ce jeudi. Objectif : les inciter à redistribuer les invendus, plutôt que les jeter. Certains le font déjà mais il est parfois délicat pour les associations qui en bénéficient de collecter les dons.
Vidéos A la une
Le gouvernement met le "hola" aux étiquettes illisibles sur les paquets de gâteaux ou encore les plats cuisinés des grandes surfaces. Dans un souci de clarté et de simplicité, un rapport remis au ministère de la Santé suggère la mise en place d'un code couleur. 5 couleurs, du vert au rouge, pour renseigner sur la qualité nutritionnelle du produit.
Vidéos A la une
La ministre de l'Écologie Ségolène Royal a lancé mardi un nouvel appel à la mobilisation contre le gaspillage alimentaire. Elle réunira les représentants de la grande distribution dans les prochains jours pour avancer sur ce sujet.
Vidéos A la une
Pascal Perri, économiste, et Laurent Neumann, précédemment directeur de la Rédaction de Marianne, ont donné leurs points de vue sur la crise qui secoue la filière porcine. Pour Pascal Perri, le prix est un symbole de la qualité et représente une valeur. Les consommateurs devraient arbitrer leurs budgets pour réattribuer une partie de leur pouvoir d'achat à une consommation alimentaire saine. Selon Laurent Neumann, les Français devraient changer leurs habitudes de consommation en commençant par acheter des viandes françaises dans une boucherie de quartier plutôt que dans les supermarchés.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, les industriels, les distributeurs et les producteurs de lait sont arrivés à un accord, vendredi après-midi sur une hausse du prix du lait. Cette hausse de quatre centimes ne satisfait que modérément les producteurs laitiers. "Si les producteurs de lait ne gagne pas leur vie, ils ne resteront pas producteur de lait, donc on n'a pas réglé tous les problèmes", a signalé Thierry Roquefeuille, président de la fédération des producteurs de lait.
Vidéos A la une
Invité de BFMTV, Xavier Beulin, président de la FNSEA, s'est dit satisfait des accords conclus avec le ministre de l'Agriculture, les distributeurs et les industriels, mais affirme que les éleveurs se tiennent prêts en cas de non-respect de ces accords, avant le point d'étape fixé par Stéphane Le Foll en septembre. "Si d'ici là les opérateurs ne jouent pas le jeu, ils seront sans doute rattrapés par un certain nombre d'éleveurs qui manifesteront à nouveau leur colère", a expliqué Xavier Beulin.
Vidéos A la une
Les éleveurs ont installé un barrage filtrant, depuis mardi, sur le pont de l'île d'Oléron. Les vacanciers peuvent accéder à l'île au bout d'une heure, mais les camions restent au bord. "Aucun produit à destination des grandes surfaces ne passe. Normalement, il ne va pas y avoir pour longtemps à manger", explique Jean-Philippe Chollet, jeune agriculteur.
Vidéos A la une
Le gouvernement a défendu devant l'Assemblée nationale, mercredi, son plan de 600 millions d'euros pour venir en aide aux éleveurs en détresse face au faible prix au kilo de la viande bovine. "L'État indique la route, l'État est ferme, met des moyens mais les autres acteurs doivent aussi s'engager", affirme Guillaume Garot. Le député PS pointe du doigt la responsabilité des grandes surfaces et des collectivités territoriales.
Vidéos A la une
Qui n'a pas joué le jeu ? L'équation est complexe. Entre le producteur et le consommateur, les intermédiaires sont nombreux et tous souffrent de la crise de l'élevage. Objectif du gouvernement : "renouer le dialogue" entre les différents acteurs du secteur, comme l'indique Stéphane Le Foll au 20h de TF1.
Vidéos A la une
Le plan d'urgence dévoilé ce mercredi par le gouvernement propose de nombreuses mesures pour donner un peu d'oxygène aux éleveurs en colère. Des mesures en priorité financières : 600 millions d'euros devraient être débloqués. Mais les agriculteurs demandent également l'application des accords passés en juin sur l'augmentation du prix de la viande.
Vidéos A la une
Au mois de juin, les grandes surfaces s'engageaient à augmenter le prix de la viande et à la répercuter sur la rémunération versée aux producteurs. Un mois plus tard, le ministre de l'Agriculture Stéphane le Foll doit recevoir un rapport sur l'état de la situation. Face à la grogne des agriculteurs, les promesses ont-elles été tenues ?
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/eAJjpSTw . Interview de Gérard Larcher, ...
Vidéos A la une
Depuis plus d'un mois, les agriculteurs multiplient les actions pour sensibiliser l'opinion publique à leurs difficultés budgétaires. Ceux-ci traversent actuellement une triple crise : les prix de vente de la viande, des céréales, et du lait sont inférieurs aux coûts de production. Beaucoup sont déficitaires. La grande distribution, les abattoirs, mais aussi l'Europe seraient la cause de ces problèmes. L'Europe, où les quotas de production ont été supprimés, les prix libéralisés, mais où les règles diffèrent d'un pays à l'autre. Pour assurer un meilleur équilibre, François Hollande a plaidé ce dimanche " pour un gouvernement de la zone euro ". Reprenant l'idée de Jacques Delors, l'ex-patron de la Commission européenne, il souhaite y ajouter un budget spécifique, ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique.
Vidéos A la une
Afin de répondre au cri d'alarme des agriculteurs, la grande distribution lance dès lundi un label " Viande de France ". François Hollande a d'ores et déjà appelé les Français à acheter les produits signalés par ce nouveau logo. Il devrait aider les consommateurs à acheter davantage français. Dans les commerces, beaucoup de clients sont réticents à porter une fois de plus la main au porte-monnaie.
Vidéos A la une
Le président Hollande a lancé samedi un appel à la grande distribution pour améliorer la rémunération des agriculteurs, en raison des cours actuels de la viande de porc et de boeuf, inférieurs aux coûts de production. Le président de la Fédération nationale bovine et éleveur de charolais Jean-Pierre Fleury a estimé sur LCI qu'il était temps d'agir.
Vidéos A la une
En marge de l'intervention du président Hollande, qui a lancé un appel à la grande distribution pour améliorer la rémunération des agriculteurs, en raison des cours actuels de la viande de porc et de boeuf, inférieurs aux coûts de production, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a réagi sur LCI. Il s'est inscrit dans les pas du chef de l'Etat.
Vidéos A la une
Interrogé sur BFMTV, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a assuré samedi avoir "demandé à la grande distribution d'augmenter les prix de la viande" afin d'améliorer la rémunération des éleveurs. "Le gouvernement a réuni depuis le 17 juin l'ensemble des acteurs des filières bovines et porcines pour demander à la grande distribution et aussi aux transformateurs d'augmenter les prix et de les répercuter au niveau de la consommation", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Illustration du désespoir qui a gagné les campagnes françaises, Samuel Potiron, producteur de lait à Vay, en Loire-Atlantique, a expliqué pourquoi il avait décidé de jeter l'éponge, ce lundi matin en direct sur RMC.

Pages

Publicité