Jeudi soir sur France 2, dans l'émission des paroles et des actes, le président candidat a présenté ses excuses à trois reprises sur trois sujets d'actualité.

1. Sur le cumul des mandats"Il faut que je fasse mon mea-culpa", a déclaré Nicolas Sarkozy, au sujet du cumul des mandats des ministres. "Ce n'est pas normal que les ministres puissent être maires ou présidents d'exécutif. Quand on est ministre, on ne doit faire que ça", a-t-il admis en direct sur le plateau de l'émission.

Dans le viseur : Alain Juppé et Xavier Bertrand, tous deux ministres et maires à la fois…

2. Sur le vrai travail Nicolas Sarkozy a regretté  l'expression "vrai travail" : "Ce n'est pas une expression heureuse. Je le dis bien volontiers. Et ça ne me gêne pas de le dire. Je voulais dire une vraie fête du travail, c'est-à-dire avec les travailleurs sous statut et les travailleurs dans le privé", a-t-il déclaré lors de l'émission. "J'aurais mieux fait de dire ça comme cela", a-t-il admis. 

Nicolas Sarkozy avait précédemment parlé de fêter le "vrai travail" le 1er mai lors d'un meeting UMP… avant de rectifier ses propos. 

3. Sur Valérie TrierweilerEnfin, Nicolas Sarkozy s’est excusé pour des attaques à l'encontre de Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande par le député UMP Lionnel Luca. Ce dernier l’avait surnommé "rottweiler" lors d’une réunion publique dans le Var, précisant que ce n’est "pas gentil pour le chien".

Publicité
"Je condamne, je ne m'associe en rien à ça, je suis même prêt à dire à Valérie Trierweiler, que je connais voyez-vous parce qu'elle est journaliste, que je suis désolé si elle a été blessée", a déclaré le président sortant. "Je ne me sens pas engagé, c'est absurde, je détesterais qu'on fasse ça avec Carla, je déteste qu'on fasse ça avec sa compagne. "Je trouve que ce n'est pas bien de faire ça, je ne le ferai jamais", a insisté Nicolas Sarkozy. 
Publicité