A moins d’être surclassés, nous voyageons le plus souvent en classe économique lorsque nous prenons l’avion.  Le fait est qu’il existe naturellement des classes plus haut de gamme où le confort est supposé justifier un prix plus élevé. Qu’en est-il ?

Prendre de la hauteur, c’est bien. Mais prendre de la hauteur en étant confortablement installé (surtout lorsque l’on voyage sur un vol long-courrier), c’est mieux. Selon les compagnies aériennes, le nombre de classes varie (chez Air France, il y en a quatre) et l’espace qui vous est imparti, le service, ainsi que la souplesse de réservation dépendent du type de cabine sélectionné. A cela s’ajoute le fait qu’en fonction de la compagnie choisie, la notion de confort peut être sensiblement différente. Et lorsque vous prenez un vol long-courrier, une classe économique peut s’avérer, au final, plus confortable que si vous effectuiez un trajet plus court. Avec tous ces paramètres, difficile de s’y retrouver. Et pourtant ! Si le prix n’en vaut pas toujours la chandelle, la différence entre les classes se veut bien réelle.

Partir en classe économique

Prenons l’exemple d’Air France. A ce prix-là, la compagnie vous propose "tout le service Air France au meilleur prix". Comprenez : vous vous asseyez sur un siège, vous allez d’un point A à un point B et vous disposez d’un espace pour vos jambes qui varie, selon les compagnies, de 71 à 81 centimètres. Dix centimètres qui, sur un vol long-courrier, font bien souvent la différence. Côté équipement, vous aurez le droit tantôt à des prises de courant, tantôt à des snacks, tantôt à une télévision, tantôt à rien du tout. Tout dépend, une fois n’est pas coutume, de la compagnie. Quant au prix. Il sera, naturellement moins élevé que si vous optez pour une classe plus haut de gamme.

Vous avez-dit "classe économique premium" ?

Classe intermédiaire par excellence, l’économique premium propose, a priori, des sièges plus spacieux et offre, comme le souligne Air France, "des services privilégiés, à un prix adapté à vos voyages professionnels et privés". Concrètement, cela implique, quelle que soit la compagnie : plus de confort, des sièges situés dans une cabine séparée de la classe économique, des écrans plus larges, plus de place pour vos bagages, ainsi qu’un choix plus vaste en ce qui concerne vos repas. Résultat : un billet plus cher bien sûr, mais un niveau de confort qui n’a rien de comparable avec celui que l’on pourrait retrouver en classe affaire.

Classe affaire, la grande classe ?

La légende veut que si un jour vous choisissez de voyager en classe affaire, vous n’aurez plus jamais envie de retourner en classe économique. De fait, la différence entre ces deux classes relève de l’évidence. Boissons avant de décoller, repas cuisinés avec soin, sièges extra-larges qui se transforment en lit, éventuellement chauffeur au départ et à l’arrivée, espace lounge, bar, cocktail… Le haut de gamme à un nom : la classe affaire ! Si bien que certaines compagnies ne la différencient même plus de celle au sein de laquelle le luxe ne connait aucune limite : la première classe.

A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon, leader des Insoumis, voyage en business class

La première classe, le luxe ultime

Publicité
Pour le coup, tout est dans le titre. La première classe n’est autre que la star des classes lorsque vous prenez l’avion. Plutôt réservée aux célébrités, elle propose certes un niveau de confort et de prestations associées d’exception, mais elle a surtout le don de jouer les divas, notamment au niveau de ses prix. Comptez généralement cinq fois le prix d’un billet en classe affaire. Attendez-vous malgré tout à disposer de suites, à vous lover dans de véritables fauteuils on ne peut plus moelleux avec, en prime, un service qui relève de la perfection et un équipage qui vous sera totalement dévoué. Cuisine étoilée, chambre double, salle de bain privée… Comptez près de 19 000 euros pour un aller simple Lyon Abu Dhabi sur la compagnie Emirates. Mais vous pouvez toujours revenir à la classe éco.

En vidéo - En pleine tempête, Ryanair s’excuse pour les annulations