Récemment élu à la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy gèrerait le parti d’une main de fer. Plus de détails.

Fini les retards ou les départs précipités. A l’UMP, Nicolas Sarkozy serait très à cheval sur les horaires. Le nouveau président du parti d’opposition aurait en effet imposé une discipline de fer à tous les ténors de son camp, rapporte Marianne. Selon les informations de l’hebdomadaire, l’ancien chef de l’Etat aurait dans son viseur tous ceux qui se permettent d’arriver en retard au réunion et/ou qui se permettent d’en partir avant la fin.

"Je comprends que notre famille politique soit malade si nous ne sommes pas capables de rester une heure pour travailler ensemble", aurait ainsi lâché Nicolas Sarkozy lors d’une commission exécutive. Le président de l’UMP aurait alors été irrité en découvrant que Christian Estrosi, Eric Ciotti et Thierry Mariani cherchaient à quitter discrètement la salle avant la fin. Toujours selon Marianne, tous les trois avaient pourtant une bonne raison : un avion à prendre.

Publicité
Nicolas Sarkozy les menace de sanctionsEn plus d’imposer le respect des horaires aux ténors de son camp, Nicolas Sarkozy les aurait également menacés de sanctions s’ils refusaient de s’y plier. Marianne rapporte en effet ce qu’il aurait demandé directeur général de l’UMP, Frédéric Péchenard : "Vous noterez les présents au début, et à la fin de la réunion. Au bout de trois retards ou départs anticipés, un secrétaire national n’est pas secrétaire national".

A voir sur le même thème : Argent des politiques : est-ce que la transparence est impossible ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité