La demande curieuse d'un contrôleur SNCF au sportif Philippe Croizon a suscité indignation et incompréhension sur les réseaux sociaux. 
©AFPAFP

C'est une demande particulière à laquelle a dû répondre Philippe Croizon dans un train SNCF samedi 23 septembre. Amputé des deux bras et des deux jambes, le sportif a dû prouver son handicap à un contrôleur en présentant sa carte d'invalidité.

Immédiatement, Philippe Croizon a partagé son expérience sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, il a partagé son étonnement via un message accompagné d'une photo. "Dans le TER Rouen Paris, le contrôleur me demande ma carte d’invalidité pour vérifier si je suis bien handicapé ?", s'est-il interrogé.

À lire aussi : Le sportif handicapé Philippe Croizon s'est fait voler son fauteuil 

"Les passagers se sont fâchés ils ont dit c'est n'importe quoi!"

Selon 20minutes, l'homme qui a traversé la Manche à la nage en 2010 a tout de suite relaté le déroulé des évènements aux dizaines d'internautes indignés ou compréhensifs face à la question du contrôleur. La publication a d'ailleurs suscité plus de 200 commentaires. "Moi je n’ai rien dit, mais les passagers se sont fâchés ils ont dit c’est n’importe quoi ! ", livre-t-il. Il précise aussi qu'après avoir répété sa demande plusieurs fois, le contrôleur a continué sa tournée des voyageurs.

Philippe Croizon a tout de même tenu à préciser qu'"en général avec la SNCF, ça se passe super bien". Et face à quelques commentaires insultants, il relativise : "Je voulais prendre les choses avec humour et ne pas en arriver à des insultes (…) ce monsieur a peut-être eu une mauvaise journée, il est peut-être fatigué je n’en sais rien.

Le sportif a rappelé que lors de la panne générale à la gare Montparnasse il y a quelques mois, l'entreprise l'avait raccompagné chez lui.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.