AFP
Le mouvement des gilets jaunes connait une ampleur inédite ! Certains ont donc décidé de le détourner de sa cause initiale... A grands renforts de films pour adultes ou de chansons entêtantes.
Sommaire

Le succès inattendu des "gilets jaunes" : le terme le plus recherché sur un site de vidéos pour adulte

C’est peut-être l’une des conséquences les plus inattendues liées au mouvement des "gilets jaunes" débuté le samedi 17 novembre. Sur le site de vidéos pornographiques Pornhub, le terme ""gilets jaunes"" arrive en tête des recherches. C’est un internaute qui a fait cette surprenante découverte et qui l’a partagé sur son compte Twitter.

Cependant, ce n’est pas la seule chasuble fluorescente qui est devenue un objet de fantasme au point de susciter cet engouement soudain. Si le terme ""gilets jaunes"" se retrouvent parmi les tendances de recherches, c’est sans aucun doute pour la vidéo de Chloé Sanchez. Cette actrice indépendante s’est mise en scène dans une vidéo uniquement vêtue d’un gilet jaune, rapporte BFMTV.

Avec plus de 25 000 vues en cinq jours, la première intéressée ne s’attendait pas à un tel succès. "Sur Instagram, le nombre d’abonnés à ma page a bondi en quelques jours", confie Chloé Sanchez. Les images extraites de sa vidéo – qui ne présentent aucun caractère pornographique – ont été massivement partagées sur Facebook, en particulier chez les partisans des "gilets jaunes", provoquant parfois plus de 4 000 réactions en une heure, précise la chaîne d’informations sur son site.

Le succès inattendu des "gilets jaunes" : les chansonnettes du mouvement

Samedi 1er décembre, la mobilisation des "gilets jaunes" entamera sa troisième semaine de manifestation. Ce mouvement très hétéroclite utilise grandement les réseaux sociaux pour communiquer entre eux ainsi que pour faire part de leur revendication. Toutefois, sur la Toile la protestation s’est aussi déclinée en musique.

Parodiques, festives mais avant tout engagées, des chansons de soutien au mouvement des "gilets jaunes" ont été massivement partagées. Un auteur, Monsieur Seby (son pseudonyme), voit ses deux titres, "La chanson des "gilets jaunes"" et "La chanson pour Edouard ("gilets jaunes" round 2), rencontrer un grand succès avec plus de 160 000 vues cumulées.

Monsieur Seby est un habitué des musiques parodiques : il s’était déjà fait connaître avec son morceau "J’ai traversé la route en chanson pour…" en référence à la phrase d’Emmanuel Macron adressée à un jeune chômeur. Pour autant, il n'est pas le seul à avoir été inspiré par cette importante mobilisation.

C’est le cas du rappeur Kopp Johnson dont le titre "Gilet Jaune" est en train de devenir un véritable tube avec déjà près d’un million de vue sur Youtube. Un morceau avec un rythme festif et entraînant qui prouve la variété des musiques créées en soutien aux "gilets jaunes".

Parmi les autres morceaux rencontrant du succès sur les réseaux sociaux, on trouve notamment : Ramener la France à la raison, Le Blues des "gilets jaunes", Macron ciao ou encore une reprise de la Marseillaise.

Le succès inattendu des "gilets jaunes" : les accessoires de mode

L'intention était humoristique mais c’est un gros raté, voir un véritable bad buzz, qu’a dû surmonter le magazine Vanity Fair. En cause, un article intitulé "Shopping : 7 gilets jaunes pour charger les journalistes avec style".

Sur son site, le magazine mensuel proposait une sélection de vestes jaunes pouvant servir d’alternatives au gilet jaune basique devenu le symbole du mouvement. Avec des prix variant entre 90 et 900 euros, ces produits étaient présentés avec ironie par la rédaction mode de Vanity fair.

Mais le second degré n’a pas été perçu au moment où les violences commises envers les journalistes étaient dénoncées de toute part. Vanity Fair a alors fait face à une véritable fronde sur les réseaux sociaux, notamment de la part de confrères journalistes, qui a amené à la suppression de l’article et du tweet.

Interrogé par L’Express, la rédaction de Vanity Fair a déclaré : "Au sujet de ce papier, nous avons estimé qu'il y avait eu une erreur d'appréciation de notre part, c'est pourquoi nous avons pris la décision de le supprimer."