Si le PEL reste le placement préféré des Français, il n'est peut-être plus rentable pour certains d'entre vous. 

Vous ne le savez peut-être pas mais, au bout de douze ans, votre plan épargne logement (PEL) n'est plus forcément un bon placement.

En effet, si le PEL est soumis aux prélèvements sociaux chaque année, au bout de la douzième année il devient imposable à l'impôt sur le revenu en plus des cotisation sociales. Si votre taux n'est pas plus élevé que ceux proposés actuellement, vous auriez tout intérêt à clôturer l'actuel et à en ouvrir un autre.

Si vous êtes soumis à l'impôt sur le revenu, vous pouvez vérifier la rentabilité de votre épargne en fonction de votre taux marginal d'imposition (TMI).

Un taux qui ne change pas

Le taux de votre PEL reste invariable durant tout sa durée de vie. Il est défini à l'ouverture du compte et ne changera pas, contrairement au Livret A dont le taux peut être révisé jusqu'à deux fois par an, comme le rapporte l'Express (article payant).

Se consituter un apport pour un prêt immobilier

Comme son nom l'indique, le plan d'épargne logement sert à se constituer un apport dans la perspective d'un crédit immobilier. Ainsi, au bout de 4 ans d'existence, il permet l'accès à un "prêt PEL", un crédit aux conditions spécifiques.

Publicité
Rapellons qu'un plan épargne logement peut être ouvert avec un dépôt minimum d'un montant de 225 euros et qu'il est obligatoire de verser au minium 540 euros pas. Il ne peut plus être approvisionné au-delà de 61 200 euros.

Vidéo sur le même thème : PEL : pourquoi ne faut-il pas délaisser ce type de produit ? 

mots-clés : Impôts

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet