Depuis le 1er janvier 2015, la loi Pinel favorise l’investissement dans un bien immobilier à usage locatif par le biais d’une défiscalisation importante. Voici ce qu’il faut savoir sur cette loi qui séduit de nombreux investisseurs.

En quoi consiste vraiment la loi Pinel ?

La loi Pinel est un outil législatif de défiscalisation axé sur le secteur de l’immobilier. Entrée en vigueur le 1er janvier 2015, elle remplace la loi Duflot. Son objectif : favoriser l’investissement dans des biens immobiliers neufs et à usage locatif par des particuliers. Les investisseurs ont le choix entre trois possibilités. Ils peuvent choisir de louer leur bien immobilier sur une durée de 6, 9 ou 12 ans. En fonction de leur choix, la défiscalisation sera plus importante, son montant étant respectivement de 12 %, 18 % et 21 %. Cette réduction fiscale est calculée dans la limite d’un montant maximal de 300 000 euros. Ainsi, pour un investissement de 300 000 euros sur 12 ans, la loi Pinel permet une réduction d’impôt de 63 000 euros.

Les contraintes de la loi Pinel

Publicité
Outre le seuil maximal de 300 000 euros et l’obligation de louer les logements concernés, la loi Pinel comporte plusieurs impératifs. Elle ne peut pas concerner plus de deux biens immobiliers. De plus, ces logements locatifs doivent être neufs ou en VEFA, c’est-à-dire en état futur d’achèvement car ils doivent respecter des normes précises en matière de performances thermiques et énergétiques. Dans l’absolu, des biens anciens peuvent profiter de cette défiscalisation, mais cela entraine des travaux de grande ampleur pour respecter les normes. Enfin, la loi Pinel concerne des logements situés dans des zones urbaines précises. Il est donc essentiel de bien se renseigner en amont.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet