Les villes les moins populaires de FranceCreative Commons
Parmi les 36 000 communes françaises, certaines ont moins la cote auprès des touristes et des habitants. Votre ville est-elle parmi les moins populaires de France ? Attractivité, ensoleillement, pollution, pluviométrie, Planet.fr a recoupé ces quatre critères pour établir un classement des villes françaises qui plaisent le moins.
Sommaire

1 - Les villes les moins populaires de la région Haute-Normandie

1 - Les villes les moins populaires de la région Haute-Normandie© Creative CommonsSitués au nord-ouest de la France, les départements de l'Eure et de la Seine-Maritime attirent peu de touristes et de résidents potentiels. Le Havre et Rouen totalisent les plus mauvaises moyennes de notre classement. 

Les deux villes font partie des quatorze agglomérations françaises qui perdent le plus d'habitants par an (classe 8 du rapport sur l'attractivité résidentielle des agglomérations*). Si leur niveau de pluviométrie est dans la moyenne nationale (770mm/an), elles bénéficient en revanche d'un ensoleillement bien inférieur au niveau moyen dans l'Hexagone (1568h/an contre 1973h/an).

Dernier indicateur, Rouen occupe la 14ème place des villes les plus polluées de France (3 jours d'air de mauvaise qualité en 2010) tandis que Le Havre arrive en 18ème position. 

De leur côté, les villes d'Évreux et d'Elbeuf s'en sortent un peu mieux grâce à un déficit migratoire modéré (Évreux), voire faible (Elbeuf). 

*Méthodologie : Ce classement, effectué par la rédaction de Planet.fr, recoupe 4 critères : le déficit migratoire des villes qui se réfère à l'étude sur "l'attractivité résidentielle des agglomérations françaises" réalisée par le Crédit Foncier et l'Université Paris-Dauphine. Les données climatologiques sur l'ensoleillement et la pluviométrie des villes ont été fournies par Météo France. Enfin, la pollution des villes est mesurée grâce à l'indice de qualité de l'air relevé quotidiennement par buldair.org, site internet du bulletin de l'air agrée par l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise des Énergies).

© Shutterstock

2- Les villes les moins populaires de la région Basse-Normandie

2- Les villes les moins populaires de la région Basse-Normandie© Creative CommonsToujours dans le nord-ouest de l'Hexagone, Caen (Calvados), Alençon (Orne) ainsi que Cherbourg et Saint-Lô (Manche) sont les villes les moins populaires en Basse-Normandie. 

Si Caen pâtit d'un déficit migratoire aggravé, celui de Cherbourg, Saint-Lô et Alençon sont plus modérés. L'ensoleillement des communes plafonne entre 1600 et 1700h/an, bien en dessous de la moyenne nationale (1973h/an). Côté pluviométrie, si les niveaux de Caen, Alençon et Cherbourg sont dans la moyenne française (770mm/an), celui-ci explose à Saint-Lô avec plus de 900mm de précipitations annuels. Seul point positif dans la méthode utilisée, les agglomérations ne souffrent pas particulièrement de la pollution. 

© Shutterstock

3- Les villes les moins populaires de la région Nord-Pas-de-Calais

3- Les villes les moins populaires de la région Nord-Pas-de-Calais© Creative CommonsNeuf communes des départements du Nord et du Pas-de-Calais souffrent d'un important déficit migratoire. Sur le podium, Dunkerque, Lille et Douai-Lens sont les trois villes de France qui perdent le plus d'habitants par an. Suivies de près par Maubeuge, Boulogne-sur-mer, Calais, Valenciennes, Béthune et Arras. 

Dans notre classement, six villes pâtissent particulièrement de leur mauvaise qualité de l'air. Lille, Douai, Béthune, Maubeuge, Lens et Valenciennes apparaissent ainsi parmi les 25 villes les plus polluées de France.  

Malgré un niveau de précipitations annuels inférieur à la moyenne nationale (moins de 700mm/an), leur faible ensoleillement annuel (moins de 1600h/an) fait basculer ces villes du Nord de la France dans notre classement des moins populaires de l'Hexagone.  

© Shutterstock

4- Les villes les moins populaires de la région Champagne-Ardennes

4- Les villes les moins populaires de la région Champagne-Ardennes© Creative CommonsAu nord-est de l'Hexagone, la Champagne-Ardennes est l'une des cinq régions les moins peuplées de France. Faute d'attractivité, les villes de Reims et de Charleville-Mézières font encore partie des agglomérations qui ont connu un déficit migratoire important en 2009.  

Si elles jouissent d'une bonne qualité de l'air, leur niveau de précipitations annuels supérieur à la moyenne nationale (800mm/an) et leur faible ensoleillement annuel (1600h/an contre 1973/h an en moyenne) les placent parmi les communes les moins populaires de France.  

© Ad Meskens/ Wikimedia Commons

5- Les villes les moins populaires de la région Franche-Comté

5- Les villes les moins populaires de la région Franche-Comté© Creative CommonsMalgré les sommets du Jura à proximité, la Franche-Comté peine à attirer les touristes, et, a fortiori, de futurs résidents. Montbéliard et Besançon, situées dans le département du Doubs, ainsi que Belfort (Territoire de Belfort), sont les trois villes les moins populaires de la région. 

Au podium, c'est la ville de Montbéliard qui perd le plus d'habitants par an. Suivie par Besançon (déficit modéré) puis Belfort (faible). Deuxième critère à enfoncer le clou : la pluviométrie de la région est l'une des plus élevées de France avec 1200mm/an contre 770mm/an de moyenne nationale.  

La qualité de l'air n'y est pas plus glorieuse puisque Montbéliard est arrivée à la 18ème place des 25 villes les plus polluées de France.  

Seul le bel ensoleillement dont profite la région (plus de 1800h/an) relève la note de la Franche-Comté dans notre classement.  

© Shutterstock

6- Les villes les moins populaires de la région Lorraine

6- Les villes les moins populaires de la région Lorraine© Creative CommonsForbach, Thionville (Moselle) ainsi qu'Epinal (Vosges) sont les trois villes les moins populaires de la Lorraine, au nord-est de la France.  

Grâce à un développement industriel important, les communes ne perdent leurs habitants que très faiblement. Mais c'est ailleurs que le bât blesse : la région ne profite que d'un très faible ensoleillement annuel (1600h contre presque 2000 de moyenne nationale) et est très régulièrement arrosée. Epinal est d'ailleurs l'une des villes avec le plus de précipitations par an (jusqu'à 1200mm contre 770mm/ an en moyenne en France).  

Forbach et Thionville, quant à elles, figurent respectivement à la 9ème et 11ème place des 25 villes les plus polluées de France.  

© Johnny Chicago/Wikimedia Commons

7- Les villes les moins populaires de la région Picardie

7- Les villes les moins populaires de la région Picardie© Creative CommonsSaint-Quentin (Aisne), Creil, Compiègne, Beauvais (Oise) et Amiens (Somme) sont les communes les moins populaires de la région picarde, située au nord de la France.  

Chef-lieu de la région mais ville de transition, c'est Amiens qui perd le plus grand nombre d'habitants par an dans la région. Suivi de près par St-Quentin et Creil (déficit migratoire élevé).  

Avec 3 jours de mauvaise qualité de l'air en 2010, Amiens est à la 14ème place du classement des 25 villes les plus polluées de France.  

Toutefois, la moyenne générale de la Picardie est relevée dans notre classement par le bel d'ensoleillement annuel dont profite la région (jusqu'à 1700h/an) ainsi que par la faiblesse de ses précipitations. Avec seulement 300mm de pluie par an, Compiègne et Beauvais figurent parmi les villes les moins arrosées de France.  

© Shutterstock

8- Les villes les moins populaires de la région Pays-de-Loire

8- Les villes les moins populaires de la région Pays-de-Loire© Creative CommonsLe Mans (Sarthe) et Laval (Mayenne) sont les communes les moins populaires de cette région de l'ouest de la France.

Les deux villes souffrent d'un déficit migratoire élevé en 2009 malgré une bonne qualité de l'air, un bel ensoleillement annuel (1780h/an) et un niveau de précipitations annuel dans la moyenne nationale, voire inférieur (678mm/an au Mans contre 770mm en moyenne en France).  

© Shutterstock

9- Les villes les moins populaires de la région Auvergne

9- Les villes les moins populaires de la région Auvergne© Creative CommonsEn Auvergne, c'est la ville de Montluçon (Allier) qui perd le plus grand nombre d'habitants par an.  

Pourtant, la ville profite d'un bel ensoleillement annuel (1886h/an) et n'a pas à se plaindre de la qualité de son air. Ses précipitations, en revanche, sont un peu supérieures à la moyenne nationale avec un niveau 850mm de pluie annuel.  

© Outourly/Wikimedia Commons

10- Les villes les moins populaires de la région Bourgogne

10- Les villes les moins populaires de la région Bourgogne© Creative CommonsEn Bourgogne, la ville de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) est la moins populaire de la région. La commune souffre du déficit migratoire le plus élevé comparé aux localités voisines.  

Malgré une qualité de l'air correcte et un ensoleillement important (1865h/an). Seul son niveau de précipitations fait grise mine puisque 850mm de pluies arrosent la ville chaque année, soit un peu plus que la moyenne nationale (770mm/an).  

© Florian Pépellin/Wikimedia Commons 

11- Les villes les moins populaires de la région Rhônes-Alpes

11- Les villes les moins populaires de la région Rhônes-Alpes© Creative CommonsEn Rhônes-Alpes, ce sont les communes de Saint-Chamond (Loire) et Cluses (Haute-Savoie) qui sont les moins populaires de cette région du sud-est de la France.  

Les deux villes sont en effet celles qui perdent le plus d'habitants en 2009. Dans notre classement, deux facteurs contribuent à dégrader la moyenne générale de ces localités : Cluses pour sa part est l'une des villes les plus arrosées de France avec près de 1200mm de pluie par an (contre 770mm/an de moyenne nationale). Le niveau de précipitations de Saint-Chamond est lui aussi plus élevé que la moyenne (850mm). Enfin, la région profite d'un ensoleillement tout juste correct, avec 1600h/an.  

Toutefois, la bonne qualité de l'air des communes relève un peu leurs notes au classement général.  

© Wikimedia Commons 

12- Les villes les moins populaires de la région Centre

12- Les villes les moins populaires de la région Centre© Creative CommonsBourges (Cher), Chateauroux (Indre), Chartres (Eure et Loire) et Blois (Loire et Cher) sont les quatre communes les moins populaires du Centre.  

En 2009, elles font partie des villes qui perdent le plus d'habitants dans la région.  

Toutefois, leur niveau d'ensoleillement annuel (entre 1800 et 1900h/an), leurs précipitations modérées (750mm/an en moyenne), et la qualité correcte de l'air leur permet de relever leur note dans notre classement.  

© Shutterstock

13- Les villes les moins populaires de la région Ile-de-France

13- Les villes les moins populaires de la région Ile-de-France© Creative CommonsEn Ile-de-France, c'est la commune de Meaux (Seine et Marne) qui remporte la palme d'impopularité dans la région.  

Malgré son niveau de précipitations peu élevé (700mm/an), et une qualité de l'air correcte, un faible ensoleillement (1670h/annuel) et déficit migratoire élevé en 2009 fait tomber la ville dans notre classement des communes les moins populaires de France. 

© Vassil/Wikimedia Commons 

14- Les villes les moins populaires de la région Alsace

14- Les villes les moins populaires de la région Alsace© Creative CommonsLes agglomérations de Mulhouse et Colmar (Haut Rhin) sont les moins populaires de la région Alsacienne, au nord-est de la France.  

Rappelons que Mulhouse figure à la 7ème place des 25 villes les plus polluées de l'Hexagone. Par ailleurs, les deux villes sont très arrosées chaque année, avec plus de 1100mm de pluie par an.  

Toutefois, elles profitent d'une insolation importante avec, au cumul, 1860/h d'ensoleillement annuel. 

Ce qui n'empêche pas Mulhouse et Colmar de connaître un déficit migratoire relativement important en 2009. 

© Shutterstock

Méthodologie

Ce classement, effectué par la rédaction de Planet.fr, recoupe 4 critères : le déficit migratoire des villes qui se réfère à l'étude sur "l'attractivité résidentielle des agglomérations françaises" réalisée par le Crédit Foncier et l'Université Paris-Dauphine. Les données climatologiques sur l'ensoleillement et la pluviométrie des villes ont été fournies par Météo France. Enfin, la pollution des villes est mesurée grâce à l'indice de qualité de l'air relevé quotidiennement par buldair.org, site internet du bulletin de l'air agrée par l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise des Énergies).